G20: Poutine s'apprête à quitter le sommet plus tôt que prévu

SOMMET Il ne sera pas présent lors d'un déjeuner officiel...

20 Minutes avec AFP

— 

Vladimir Poutine lors du G20 le 15 novembre 2014 à Brisbane
Vladimir Poutine lors du G20 le 15 novembre 2014 à Brisbane — Kevin Lamarque Pool

Le président russe Vladimir Poutine entend quitter plus tôt que prévu dimanche le sommet du G20 à Brisbane, a indiqué samedi une source au sein de la délégation russe, alors que l'homme fort du Kremlin doit faire face à une pression accrue des Occidentaux sur fond de crise en Ukraine.

«Le programme pour la deuxième journée (pour M. Poutine) a changé. Il a été raccourci», a déclaré une source au sein de la délégation russe sous couvert d'anonymat, à propos de dimanche. Le président russe participera aux réunions du sommet mais ne sera pas présent lors d'un déjeuner officiel et parlera devant la presse plus tôt que prévu. «Ce déjeuner est plus une sorte de divertissement», a ajouté la source.

«Il n'y a pas eu de scandale»

Cette source a toutefois démenti que Vladimir Poutine quittait le sommet face à la pression que font peser sur lui les Occidentaux sur fond de crise en Ukraine. «Il n'y a pas eu de scandale», a-t-elle fait valoir. «Le sommet du G20 se termine demain. Vladimir Poutine devra nécessairement le quitter, mais seulement lorsque l'ensemble du travail aura été fait», a pour sa part nuancé sur la radio russe Kommersant FM le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Dmitri Peskov a également démenti que la pression des dirigeants occidentaux, qui ont menacé la Russie de nouvelles sanctions si les combats en Ukraine s'intensifient, a forcé l'homme fort du Kremlin à modifier ses plans. «Ce sont des bêtises», a-t-il lancé. «Le thème des sanctions est abordé de manière large et active lors de toutes les rencontres bilatérales (du sommet), mais personne ne fait pression», a affirmé Dmitri Peskov.

La Russie accusée d'envoyer des renforts d'armement en Ukraine

Les Occidentaux ont accusé cette semaine la Russie d'envoyer des renforts d'armement lourd dans l'est de l'Ukraine, suscitant des craintes d'un retour à une guerre totale. Les tensions entre la Russie et l'Occident ont ainsi relégué au second plan les autres thématiques de la première journée du sommet du G20 à Brisbane, en Australie.

Vladimir Poutine a notamment rencontré lors du G20 en tête à tête le Premier ministre britannique David Cameron et le président français François Hollande.