Hong Kong: Trois leaders de la contestation étudiante empêchés de prendre l'avion

TENSIONS Ils ont été informés par des responsables de la compagnie aérienne que leur permis de voyage avait été révoqué par Pékin...

20 Minutes avec AFP

— 

Des manifestants prodémocratie rassemblés dans le quartier de Mongkok, le 19 octobre 2014 à Hong Kong
Des manifestants prodémocratie rassemblés dans le quartier de Mongkok, le 19 octobre 2014 à Hong Kong — Nicolas Asfouri AFP

Trois dirigeants de la contestation étudiante à Hong Kong ont annoncé avoir été empêchés samedi de prendre l'avion à destination de Pékin. Ils souhaitaient réclamer davantage de démocratie au régime communiste pour le territoire. Les dirigeants de la Fédération des étudiants de Hong Kong (HKFS), fer de lance du mouvement de contestation qui paralyse depuis six semaines plusieurs quartiers de Hong Kong, ont indiqué avoir été informés par des responsables de la compagnie aérienne Cathay Pacific que leur permis de voyage avait été révoqué par Pékin.

>> A lire: Joshua Wong, le visage de la rébellion estudiantine

Ils n'avaient pas les documents demandés pour embarquer

«Ils n'ont pas eu les documents de voyage demandés pour embarquer», a déclaré le numéro deux de la HKFS, Lester Shum à la presse, en référence au permis délivré par Pékin et qui autorise les résidents de Hong Kong à voyager en Chine continentale.

Le dirigeant de la Fédération Alex Chow, ainsi que Nathan Law et Eason Chung voulaient aller à Pékin pour discuter avec des représentants du régime de «la réforme politique» et de «la question d'un pays, deux systèmes», avait précisé dans un communiqué la Fédération des étudiants.

Ils réclament l'instauration d'un suffrage universel véritable

Les manifestants étudiants, qui réclament l'instauration d'un suffrage universel véritable à Hong Kong, territoire bénéficiant d'un statut spécial, sont descendus dans les rues par dizaines de milliers depuis le 28 septembre.

Leur nombre s'est aujourd'hui considérablement réduit, mais ils occupent toujours trois sites dans cette ancienne colonie britannique, perturbant sérieusement les transports publics et l'activité dans son ensemble.