Maroc: Mariée à son violeur, elle est défigurée pour avoir demandé le divorce

Société Forcée d'épouser son violeur, Khaoula, 17 ans, a été agressée au rasoir parce qu'elle souhaitait divorcer. Ses multiples entailles ont nécessité près de 40 points de suture...

20 Minutes avec agence

— 

Au maroc, les appels se multiplient pour la réforme, voire l'abrogation, d'une loi qui fait du viol un simple délit et bénéficie plus au violeur qu'à sa victime.
Au maroc, les appels se multiplient pour la réforme, voire l'abrogation, d'une loi qui fait du viol un simple délit et bénéficie plus au violeur qu'à sa victime. — Abdelhak Senna afp.com

Une mineure qui avait été contrainte d'épouser son violeur a été violemment agressée, samedi dernier, à Marrakech, par ce dernier parce qu'elle venait de demander le divorce. «Forcée d'épouser son violeur» il y a un an, Khaoula, 17 ans, a été agressée à l'aide d'une «lame de rasoir», rapporte le site de l'hebdomadaire Tel Quel, qui cite un responsable local de l'Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendant).

Khaoula a été hospitalisée et souffre «de multiples entailles», qui l'ont «défigurée» et ont nécessité une quarantaine «de points de suture». Dans un reportage sur la chaîne nationale al-Oula, un médecin de l'hôpital Ibn Tofail de Marrakech, Hassan Lagbouri, explique que la victime a reçu «une cinquantaine de coups au visage et une vingtaine sur ses mains et ses bras».

>> A lire aussi Maroc: Suicide d'une adolescente contrainte d'épouser son violeur

«Je te jure que personne ne t'épousera après moi»

«Je te jure que personne ne t'épousera après moi», aurait clamé l'agresseur, d'après plusieurs médias. Des ONG locales comptent aider la jeune femme à «réclamer justice», a précisé le responsable de l'AMDH, Omar Arbib.

Le Parlement a amendé en janvier dernier l'article 475 du code pénal, qui permettait jusque-là à un violeur d'échapper aux poursuites en épousant sa victime mineure. Les militants des droits des femmes réclament l'interdiction des dérogations permettant le mariage des mineures, qui a atteint 35.000 cas en 2013 contre moins de 20.000 dix ans plus tôt.