Virgin Galactic: Le crash n'enterre pas le tourisme spatial, affirme Richard Branson

ESPACE Le patron de Virgin répond aux attaques...

N.Beu. avec AFP
— 
Le patron de Virgin Richard Branson en conférence de presse à Mohave, en Californie le 1er novembre 2014
Le patron de Virgin Richard Branson en conférence de presse à Mohave, en Californie le 1er novembre 2014 — Josh Edelson AFP

Le crash de vendredi n'a pas coupé les ailes de Richard Branson. Le patron de Virgin a promis samedi de poursuivre son rêve de tourisme dans l'espace, mais pas «aveuglément», dans le désert californien où s'est écrasé la veille son vaisseau SpaceShipTwo, faisant un mort et un blessé grave.

«Le risque fait bien sûr partie des vols dans l'espace. (...) Nous comprenons les risques sous-jacents, et nous n'allons pas continuer aveuglément», a déclaré le magnat britannique, visiblement ému et prudent, loin de son habituelle flamboyance, peu après son arrivée dans le désert de Mojave, au nord-est de Los Angeles. L'accident, le deuxième de la semaine dans le secteur du tourisme de l'espace, inflige un cuisant revers au milliardaire à la tête de la puissante multinationale Virgin. Mais il a humblement réaffirmé son rêve, estimant que «les plus grands progrès de l'humanité ne s'étaient pas faits sans les plus grandes douleurs».

«Que le rêve survive»

Dans l'attente des conclusions de l'enquête, il a affirmé que «lorsque nous aurons découvert ce qui a mal tourné, et si nous pouvons le surmonter, nous ferons en sorte que le rêve survive». Une quinzaine de membres du Bureau national de la sécurité dans les transports (NTSB) sont arrivés sur place samedi pour déterminer les causes de l'accident. «C'est la première fois que nous dirigeons (une enquête) sur un vol spatial avec des personnes à bord», a déclaré Christopher Hart, directeur par intérim du NTSB, précisant ne pas savoir si SpaceShipTwo avait une boîte noire.

L'attention devrait se focaliser sur une nouvelle formule de combustible expérimentée dans le vol de vendredi, le 35e de SpaceShipTwo. A base de plastique, ce combustible avait été testé plusieurs fois au sol mais jamais en vol. L'ancienne formule était à base de caoutchouc. Des médias ont rapporté que Virgin Galactic avait été mis en garde à plusieurs reprises sur la sécurité de ce nouveau combustible. Branson a riposté aux spéculations sur les causes de l'accident. «Pour être honnête, je trouve quelque peu irresponsable que des gens qui ne savent pas de quoi ils parlent s'expriment là-dessus avant que le NTSB ne rende ses observations», a-t-il dit.