VIDEO. Israël rouvre l'esplanade des Mosquées après une fermeture exceptionnelle

PROCHE ORIENT C'était la première fois que l'esplanade était fermée depuis 1967 et l'annexion par Israël de la partie palestinienne de Jérusalem, selon la fondation qui gère le site...

M.C. avec AFP
— 
Un visiteur juif sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, escorté par les forces israéliennes, le 27 octobre 2014.
Un visiteur juif sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, escorté par les forces israéliennes, le 27 octobre 2014. — AHMAD GHARABLI / AFP

Israël a décidé jeudi de rouvrir l'ultra-sensible esplanade des Mosquées à Jérusalem, afin de désamorcer une situation qui menaçait de devenir explosive s'il maintenait la mesure rarissime de fermeture vendredi, jour de la grande prière hebdomadaire musulmane.

>> Revivez les événements de jeudi heure par heure par ici

L'esplanade, troisième lieu saint de l'islam également vénéré par les juifs, devait rouvrir vendredi à 0h (jeudi 23h, heure française), après être restée fermée toute la journée de jeudi. C'était la première fois que l'esplanade était fermée depuis 1967 et l'annexion par Israël de la partie palestinienne de Jérusalem, selon la fondation qui gère le site. Cette fermeture avait été imposée par les Israéliens, qui contrôlent les accès à l'esplanade, devant une nouvelle montée des tensions.

L'accès reste interdit aux hommes de moins de cinquante ans

Depuis mercredi soir, Jérusalem a été le théâtre d'une tentative d'assassinat contre une figure de la droite ultranationaliste juive, de la mort de son agresseur présumé, tué par les policiers, et de multiples heurts entre jeunes Palestiniens et policiers israéliens. L'esplanade rouverte avant les prières de l'aube restera interdite par précaution aux hommes de moins de cinquante ans, a précisé la porte-parole de la police.

En la gardant close, Israël aurait pris un risque considérable. Le président palestinien Mahmoud Abbas a ainsi qualifié de «déclaration de guerre» la fermeture de l'esplanade et les agissements israéliens à Jérusalem-Est. La Jordanie, qui contrôle la fondation gérant l'esplanade, a accusé Israël de «terrorisme d'Etat».

Jérusalem-est est en proie depuis quelques mois, et plus encore depuis une semaine, à des violences qui font craindre une troisième Intifada, du nom des soulèvements palestiniens contre l'occupation israélienne qui ont fait des milliers de morts. Le statut de l'esplanade des Mosquées est l'une des causes majeures des tensions.