Qui est Yéhuda Glick, l’homme dont la tentative d'assassinat embrase Jérusalem?

PORTRAIT Cet activiste de l’ultra-droite nationaliste israélienne a été victime d’une tentative d’assassinat, mercredi soir, à Jérusalem Ouest…

Vincent Vantighem
— 
Jérusalem, le 10 novembre 2013. Yehuda Glick pose sur le mont du Temple à Jérusalem.
Jérusalem, le 10 novembre 2013. Yehuda Glick pose sur le mont du Temple à Jérusalem. — MIRI TSACHI / AFP

Il revendique d’être monté «plus de 1.000 fois» sur le mont du Temple qui surplombe la vieille ville de Jérusalem. Sauf que pour les musulmans, le lieu porte le nom d’Esplanade des mosquées. Et c’est sans doute pour cela que Yéhuda Glick, figure de l’ultra-droite nationaliste israélienne, a été victime d’une tentative d’assassinat, mercredi soir. Atteint par des balles au ventre, à la poitrine, au cou et à la main, il venait de prononcer un discours sur ce lieu saint des deux religions.

>> En live: Suivez les événements de la journée à Jérusalem

Alors que son état est jugé «grave» mais «stable» et que son agresseur présumé a été abattu par la police israélienne, la tension régnait toujours, jeudi soir, à Jérusalem où la police fait face à des petits groupes de Palestiniens aux quatre coins de la ville.

«La source de ma vie et de mes revenus»

Colosse roux et barbu, cet homme de 48 ans qui dispose du titre de rabbin est arrivé en Israël, depuis les Etats-Unis, à l’âge de neuf ans. Il s’est fixé comme objectif de faire modifier la loi israélienne qui interdit aux juifs de prier sur le mont du Temple. «C’est la source de ma vie et c’est également la source de mes revenus», a-t-il coutume de rappeler, faisant référence à son activité professionnelle de guide.


Jérusalem sous tension... par 20Minutes

Colon des environs de Hébron en Cisjordanie occupée, il a été interpellé à maintes reprises pour avoir tenté de prier avec d’autres juifs sur l’esplanade, ce qu’interdit la loi israélienne mais aussi le Grand Rabbinat.

Cible de menaces dans les médias palestiniens

Membre de la direction de la «Fondation du mont du Temple», une association d’extrême-droite, il fait partie de cette frange minoritaire de militants ultra-nationalistes qui ont fait de l’entrisme au Likoud, le parti de droite du Premier ministre Benyamin Netanyahu.

Provocateur détesté par les Palestiniens, il était, selon son père, la cible depuis plusieurs jours «de menaces spécifiques dans les médias palestiniens».

Ce jeudi, les autorités israéliennes ont fermé l’Esplanade des mosquées –une première depuis 1967– afin de faire officiellement retomber la pression.