Twitter: Monica Lewinsky ouvre son compte et rencontre un succès immédiat

INTERNET A 41 ans, l’ancienne stagiaire de la Maison Blanche sort de l’ombre pour lutter contre le harcèlement sur Internet…

20 Minutes avec AFP

— 

En deux tweets, Monica Lewinsky a récolté plus de 18.000 abonnés.
En deux tweets, Monica Lewinsky a récolté plus de 18.000 abonnés. — Capture d'écran / Twitter

Monica Lewinsky, à jamais associée à l'ancien président Bill Clinton pour leurs jeux sexuels à la Maison Blanche, a fait ses premiers pas lundi sur Twitter, immédiatement suivie par des milliers de personnes.

A 41 ans, l'ancienne stagiaire de la Maison Blanche s'est aussi exprimée pour la première fois depuis 13 ans en public, annonçant sa détermination à lutter contre le harcèlement sur internet.

17.000 abonnés en trois heures

«#HereWeG » («On y va»), a tweeté lundi matin Monica Lewinsky, depuis son compte certifié, où elle s'est présentée comme une «militante sociale, intervenante publique, qui contribue à Vanity Fair et tricote des choses sans manches».

Ce premier message, retweeté plus de 1.700 fois, a mis le réseau social, en émoi, et en trois heures, Monica Lewinsky avait dépassé les 17.000 abonnés.

Après des années de silence, celle qui avait failli coûter au président Clinton sa présidence en 1998, a par ailleurs pris la parole lors d'un sommet à Philadephie, consacré aux jeunes talents.

Une prise de parole au sommet «Under 30»

«Je m'appelle Monica Lewinsky, bien qu'on m'ait souvent conseillé de changer de nom », a-t-elle déclaré d'entrée de jeu, lors du sommet «Under 30» organisé par le magazine Forbes, s'exprimant selon les organisateurs pour la première fois publiquement depuis 13 ans. Elle a ensuite raconté qu'elle était « tombée amoureuse de (son) patron », qui était «tout» pour elle, entre 1995 et 1997.

Elle a dit, selon Forbes, sa «honte», après que le «Drudge Report», site internet alors peu connu, eut rendu l'affaire publique en janvier 1998. Le scandale national sera encore amplifié quelques mois plus tard par l'enquête du procureur indépendant Kenneth Starr, et la procédure de mise en accusation visant le président Clinton, qui échouera cependant au Sénat américain.

La première victime d’internet ?

Monica Lewinsky s'est décrite comme «la première personne à avoir eu sa réputation complètement détruite dans le monde entier par internet». « D'un jour à l'autre, je suis passée d'une personne complètement privée, à une (personne) humiliée publiquement », a-t-elle ajouté.

La jeune femme a raconté qu'en 1998, elle avait même eu des idées suicidaires. «Ayant survécu, je veux maintenant aider d'autres victimes de ce jeu de la honte à survivre aussi», a-t-elle ajouté. « Je veux donner un sens à mon passé ».

Lewinsky avait au printemps accordé une interview à Vanity Fair, où elle affirmait qu'il était pour elle «temps de tourner la page». Elle avait déjà affirmé alors son intention de s'impliquer dans la défense « de victimes d'humiliations et de harcèlement en ligne et de commencer à parler de ce sujet dans des forums publics ».