Ebola: la Belgique va à son tour contrôler les arrivées des pays touchés

EPIDEMIE Les mesures seront similaires à celles prises à l’aéroport de Roissy depuis samedi…

20 Minutes avec AFP

— 

Vue en date du 15 septembre 2014 d'une salle d'enregisrement à 'aéroport Charles de Gaulle à Roissy
Vue en date du 15 septembre 2014 d'une salle d'enregisrement à 'aéroport Charles de Gaulle à Roissy — Kenzo Tribouillard AFP

Le Premier ministre belge, Charles Michel, a annoncé dimanche que les voyageurs en provenance des pays touchés par Ebola seront soumis dès lundi à un contrôle à l'aéroport de Bruxelles, sur le type de celui mis en place samedi à l'aéroport parisien de Roissy.

«Dès demain, les voyageurs en provenance des pays touchés par Ebola seront «screenés» lors de leur arrivée en Belgique», a déclaré Charles Michel à la chaine RTL.

Des dessertes directes avec le centre de l’épidémie

La Belgique est avec la France le seul pays européen à assurer des dessertes directes avec le centre de l'épidémie en Afrique: Brussels Airlines convoie les lundi et jeudi des passagers de Conakry, en Guinée avec une étape à Freetown, au Sierra Leone, et lundi et vendredi des voyageurs de Monrovia, au Liberia.

«Dès le prochain vol tous les passagers subiront un contrôle de température», a précisé un communiqué du Service belge de santé publique. Un voyageur fiévreux sera «immédiatement isolé», et s'il est considéré comme «un cas probable», il sera hospitalisé pour des examens complémentaires. «Il s'agit d'une mesure de sécurité complémentaire, qui permettra également de diminuer le sentiment grandissant d'insécurité», a souligné ce service.«La procédure pour le traitement sécurisé des bagages sera également renforcée», ainsi que la formation des personnels.

A Roissy, les arrivants soumis à une prise de température

La ministre française de la Santé, Marisol Touraine, avait plaidé jeudi à Bruxelles auprès de son homologue Maggie De Block pour que la Belgique emboîte ainsi le pas à La France.

Paris a mis en place samedi un contrôle à l'arrivée du vol quotidien Conakry-Roissy. Les arrivants sont soumis à une prise de température et doivent aussi indiquer où ils sont joignables pendant la période d'incubation de la maladie, 21 jours.

L'annonce de Charles Michel a été saluée par les syndicats de l'aéroport, notamment des bagagistes, qui réclamaient un renforcement des mesures de prévention, a indiqué l'agence de presse belge Belga.

Sur le modèle américain, la Grande-Bretagne avait été le premier pays en Europe à instaurer des contrôles dans des aéroports et gares, dans le sillage de la panique provoquée sur le continent par le premier cas de contamination sur le continent, celle d'une aide-soignante espagnole. Le Premier ministre britannique, David Cameron, a aussi demandé à ses partenaires européens d'« accentuer la coordination pour le contrôle des points d'entrée » en Europe.