VIDEO. Ebola : Les médias du monde entier en alerte

PSYCHOSE L’épidémie déclenchée en Afrique de l’Ouest fait l’objet d’un traitement médiatique constant dans les pays occidentaux où des suspicions de cas se multiplient...

Maxime Deloffre
— 
Le Texas Health Presbyterian Hospital à Dallas où un aide-soignant contaminé par le virus Ebola est soigné, le 14 octobre 2014
Le Texas Health Presbyterian Hospital à Dallas où un aide-soignant contaminé par le virus Ebola est soigné, le 14 octobre 2014 — Mike Stone Getty

Les alertes se succèdent. Cergy dans le Val d’Oise, l’hôpital Bichat à Paris et désormais Saint-Mandé dans le Val-de-Marne, la France a connu trois épisodes de suspicion de cas d’Ebola, révélés négatifs dans les deux premiers cas – et toujours dans l’expectative concernant le troisième.

 

 

Mais la France n’est pas le seul pays où les médias sont en alerte. En Italie par exemple, deux personnes ont été hospitalisées à Rome jeudi. Deux fausses alertes a révélé par la suite le gouvernement. Dans plusieurs pays, comme en Russie, des dispositifs de sécurité ont été mis en place dans les aéroports pour éviter toute épidémie sur le sol national. La France leur a récemment emboîté le pas.

La crainte avant la colère

 

La colère a succédé à la peur dans certains pays. Aux États-Unis, l’hôpital texan où est décédé un Libérien le 8 octobre dernier (le premier cas décelé sur le sol américain) a présenté ses excuses après que deux infirmières, présentes au moment des soins, ont contracté le virus Ebola.

En Espagne, la ministre de la Santé Ana Mato a reconnu des «défaillances» jeudi. La veille, des examens venaient de confirmer qu’une infirmière avait contracté le virus, plusieurs jours après avoir approché un missionnaire rapatrié du Libéria, décédé fin septembre.