Indépendance de la Catalogne: Une consultation alternative le 9 novembre

POLITIQUE Le président de la Catalogne, Artur Mas, a annoncé ce mardi ce plan alternatif...

B.D. avec AFP

— 

Le président du gouvernement de Catalogne Artur Mas le 11 octobre 2014 à Manresa
Le président du gouvernement de Catalogne Artur Mas le 11 octobre 2014 à Manresa — Josep Lago AFP

Le président de la Catalogne Artur Mas a annoncé ce mardi qu'une forme alternative de consultation sur l'indépendance de la région serait organisée le 9 novembre après l'interdiction par la justice d'un référendum en bonne et due forme.

«Il y aura une consultation (...) mais elle ne sera pas fondée sur le décret que j'avais signé pour organiser le référendum», a-t-il déclaré. «L'Etat espagnol reste l'adversaire», a-t-il assuré, semblant sourd aux appels au dialogue «dans le respect de la loi» lancés récemment par le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy.

«Ceci n'est pas la fin»

« Les gens pourront déposer leur vote dans des urnes et l'effet sera exactement le même », a-t-il encore dit, tout en admettant que le «consensus était fissuré» entre les partis favorables à l'indépendance, car certains voulaient aller de l'avant en violant la loi pour organiser ce référendum. Artur Mas, un nationaliste conservateur qui s'est allié à la gauche indépendantiste sur cette question, a estimé que face à une «grande vague, il est préférable de plonger pour ensuite ressortir» plutôt de que «se laisser emporter».

Il s'est dit favorable à l'organisation ultérieure d'élections en Catalogne auxquelles l'ensemble des partis favorables à l'indépendance se présenteraient avec une liste et une plateforme communes: l'indépendance. Ces élections, a-t-il dit, auraient alors le même effet qu'un référendum. «Ceci n'est pas la fin (...) La fin serait organiser des élections de type plebiscitaire», a-t-il dit.

«Excellente nouvelle»

Plus tôt dans la matinée ce mardi, le chef du gouvernement espagnol avait jugé que l'abandon du référendum sur l'indépendance était une «excellente nouvelle». «Respecter la loi est l'obligation de tous», a ajouté Mariano Rajoy. Lors d'une conférence organisée par le Financial Times, le chef de l'exécutif avait également indiqué qu'il fallait désormais «se tourner vers l'avenir» et souhaité que le gouvernement espagnol «dialogue» et «parle» avec les Catalans.

«Ceux qui souhaitent du fond du coeur vivre ensemble sont nombreux», a-t-il dit. L'exécutif catalan a renoncé lundi soir à un référendum consultatif sur l'avenir de la Catalogne, puissante région de 7,5 millions d'habitants où l'indépendantisme a gagné du terrain ces dernières années. La consultation avait été suspendue le 29 septembre par le Tribunal constitutionnel saisi par le gouvernement.

Elle ne pouvait être de ce fait organisée sans violer la loi et exposer les fonctionnaires catalans qui participeraient à son organisation à des sanctions. Elle ne pouvait aussi de ce fait être entourée de garanties suffisantes pour assurer sa crédibilité.