Lapidés pour cause d’adultère

V.G avec dépêches

— 

Au Pakistan, l'accent était mis sur les crimes d'honneur, comme le viol de Mukhtaran Mai, une femme de 33 ans victime en juin 2002 d'une vengeance ordonnée par une assemblée tribale après une aventure supposée de son frère avec une femme d'un clan local.
Au Pakistan, l'accent était mis sur les crimes d'honneur, comme le viol de Mukhtaran Mai, une femme de 33 ans victime en juin 2002 d'une vengeance ordonnée par une assemblée tribale après une aventure supposée de son frère avec une femme d'un clan local. — Aamir Qureshi AFP

Nouveau crime d’honneur au Pakistan. Trois personnes sont mortes lapidées puis achevées par balles par des militants d'un groupe islamiste dans la zone tribale pakistanaise, à la frontière de l’Afghanistan. Leur crime? Avoir commis l’adultère, ont annoncé jeudi des responsables locaux et des témoins.

Les exécutions, menées par des militants du groupe «Lashkar-e-Islam» (Armée de l'Islam), se sont déroulées, mercredi devant une foule de quelque 800 habitants. «Les hommes du Lashkar-e-Islam les ont arrêtés et après enquête il a été prouvé qu'ils étaient coupables d'adultère», a affirmé un militant du groupe sous couvert de l’anonymat.

Les trois victimes, deux hommes de la région et une femme «venue d’ailleurs», ont été attachées à un arbre. Des hommes se sont alors réunis autour d'eux pour leur lancer des pierres. Deux membres du groupe islamiste se sont ensuite approchés, masqués, pour les abattre avec leur kalachnikov, ont indiqué des témoins.

L'administration locale, réduite au minimum dans les zones tribales qui jouissent d'une large autonomie, n'est pas intervenue. «Nous avons des informations à propos de ces meurtres, mais nous n'intervenons pas dans les affaires liées aux coutumes et traditions tribales», a justifié un administrateur local.