Vol MH17 abattu: Une des victimes découverte avec un masque à oxygène

UKRAINE Ce qui semble indiquer que tout le monde n'est pas mort sur le coup...

P.B. avec AFP

— 

Le site du crash de l'avion de la Malaysia Airlines MH17 dans un champ de tournesols près de Rassipnoe, dans l'est de l'Ukraine une zone tenue par les rebelles pro-russes le 19 juillet 2014
Le site du crash de l'avion de la Malaysia Airlines MH17 dans un champ de tournesols près de Rassipnoe, dans l'est de l'Ukraine une zone tenue par les rebelles pro-russes le 19 juillet 2014 — Dominique Faget AFP

Les circonstances du crash du vol MH17 au-dessus de la Crimée restent obscure. Le premier rapport évoquait une explosion en plein air provoquée par des projectiles «à haute vitesse», ce qui laissait supposer une mort immédiate de tout les passagers. Ça n'a sans doute pas été le cas.

L'un des passagers du vol de la Malaysia Airline qui s'était écrasé en Ukraine en juillet a été découvert portant un masque à oxygène, a affirmé le ministre néerlandais des Affaires étrangères Frans Timmermans, estimant que certaines des 298 victimes auraient pu avoir le temps de se rendre compte du drame.

Dans une lettre adressée jeudi aux proches des victimes, qui ont réagi de manière horrifiée aux déclarations du ministre, le parquet a confirmé qu'un masque à oxygène avait bien été retrouvé au cou d'un passager australien.

Le seul passager

Le masque a été examiné par les enquêteurs, à la recherche d'éventuelles traces d'ADN, de salive ou d'empreintes digitales. «Cette enquête n'a livré aucun résultat», a affirmé le parquet dans cette lettre.

«Comment et quand le masque à oxygène s'est retrouvé au cou du passager est inconnu», a ajouté la même source: «Sur aucun autre passager n'a été retrouvé un masque à oxygène».L'information n'avait pas été rendue publique car l'enquête concernant ce masque, et sa signification, est toujours en cours et qu'aucune conclusion ne peut pour l'instant en être tirée.

Le vol MH17 s'est écrasé le 17 juillet dans l'est de l'Ukraine, une région où les combats entre forces loyalistes et séparatistes faisaient alors rage. Kiev et les rebelles s'accusent mutuellement de l'avoir abattu.