Peter Kassig pendant une interview à CNN, en 2012. (Capture d'écran).
Peter Kassig pendant une interview à CNN, en 2012. (Capture d'écran). — Capture d'écran/ CNN

PORTRAIT

VIDEO. Otage décapité: Qui est Peter Kassig menacé de mort par Daesh dans la vidéo?

Dans la vidéo de la décapitation d'Alan Henning, Daesh menace un autre otage, Peter Kassig...

A la fin de la vidéo -pas encore authentifiée- montrant la décapitation de l’otage britannique Alan Henning, un chauffeur de taxi, le groupe Daesh menace un autre otage américain. Qui est Peter Kassig, dont les parents lancent ce samedi un appel à travers les médias anglo-saxons ? 

>> Suivez en live les réactions à la décapitation d'Alan Henning

Ed et Paula Kassig ont reconnu, sans plus de précisions, l’enlèvement de leur fils, un ancien militaire des forces spéciales reconverti dans l’aide humanitaire en Syrie. Dans une interview à CNN datant de 2012, le jeune homme avait expliqué: «Nous avons une seule vie et c’est tout. Nous avons une chance et aucune possibilité de recommencer, il était temps pour moi de me lancer ou de me taire».

Le périple de Kassig débute dans l’armée américaine, dans l’unité des rangers, en 2006. Il est déployé en Irak en 2007 et est démobilisé pour des raisons médicales. Il finit par repartir aux Etats-Unis pour étudier les sciences politiques. Pour lui, quelque chose ne tournait pas rond. «J’étudiais avec des gens qui se ressemblaient tous, qui avaient tous le même âge, mais qui n’étaient pas les mêmes. J’avais besoin d'autres challenges, un sens à ma vie», avait-il indiqué à la chaîne américaine. Après de nombreuses péripéties -un mariage, un divorce, un retour à l’école- il décide de changer.

Il part à Beyrouth, au Liban, pour essayer d’apporter son aide en Syrie. Il finit par lancer sa propre ONG, baptisée SERA, pour apporter les premiers soins aux réfugiés fuyant la guerre civile en Syrie. «Je ne suis pas un médecin, je ne suis pas une infirmière», expliquait-il en 2012. «Mais je suis quelqu’un qui peut nettoyer les bandages (…) Ca a un sens ». Il a été enlevé en octobre 2013 pendant une mission humanitaire sur le chemin de Deir Ezzor, dans l’est de la Syrie, parti pour aider les médecins.