Des manifestants prodémocratie devant le siège du gouvernement à Hong Kong le 4 octobre 2014.
Des manifestants prodémocratie devant le siège du gouvernement à Hong Kong le 4 octobre 2014. — Wong Maye-E/AP/SIPA

MONDE

VIDEO. Hong Kong : Les triades chinoises utilisées contre les manifestants pro-démocratie?

Pékin est soupçonné d’avoir fait appel à la mafia chinoise pour agresser les étudiants qui manifestent en faveur de la démocratie, les autorités de Hong Kong démentent…

Les triades, la célèbre organisation mafieuse chinoise, sont-elles derrière les agressions de manifestants pro-démocraties survenues ce vendredi à Hong Kong? C’est en tout cas ce que suspectent les étudiants qui ont décidé de rompre le dialogue avec les autorités.

La fédération des étudiants de Hong Kong, coorganisatrice du mouvement Occupy Central a annulé sa participation aux négociations proposées par le chef de l’exécutif Leung Chung-ying.

Une pratique courante?

Selon les manifestants Pékin aurait en effet fait appel à l’organisation mafieuse des triades pour agresser vendredi une trentaine d’étudiants qui campaient dans un carrefour excentré du quarter de Mongbok. Leurs tentes et les barrières qu’ils avaient érigées ont été détruites par «des centaines de malfrats bien organisés menés par des militants pro-Pékin portant parfois des masques hygiéniques dissimulant leurs visages», rapporte samedi matin les envoyés spéciaux de Libération à Hong Kong. Ces violences auraient fait une dizaine de blessés.

Aucune preuve de la participation des triades n’a été établie mais selon plusieurs députés de l'opposition la police a assisté aux scènes de violence sans réagir. Et certains estiment même que ce ne serait pas la première fois que les autorités chinoises ont recours à l’organisation mafieuse pour faire taire des protestataires.

Démenti officiel

Face à ces accusations, le ministre de la Sécurité Lai Tung-kwok a démenti avec force que le gouvernement ait eu quoi que ce soit à voir avec ces malfaiteurs. «Certains ont dit que le gouvernement avait fermé les yeux au sujet des triades ou même coopérait avec elles, a-t-il dit avec colère lors d’une conférence de presse. Ces accusations sont fabriquées de toutes pièces et sont très excessives.» 

La police a également nié toute connivence avec les triades et annoncé l’arrestation de 19 personnes, dont huit individus suspectés de liens avec les triades.