Algérie: L'otage français décapité par ses ravisseurs

TERRORISME Hervé Gourdel avait été enlevé dimanche dans l'est de l'Algérie...

20 Minutes avec AFP

— 

Le guide de haute montagne Hervé Gourdel, retenu en otage par un groupe jihadiste en Algérie.
Le guide de haute montagne Hervé Gourdel, retenu en otage par un groupe jihadiste en Algérie. — H.GOURDEL/GOOGLE PLUS

Un groupe lié à l'organisation Etat islamique (EI) a annoncé, dans une vidéo postée mercredi, avoir décapité un Français enlevé dimanche en Algérie en représailles à l'engagement de Paris aux côtés de Washington dans les frappes contre les djihadistes en Irak.

Peu avant la diffusion de la vidéo, postée sur des sites djihadistes, Manuel Valls avait défendu devant le Parlement l'engagement militaire dans le cadre de la coalition anti-jihadistes.

Ultimatum de 24 heures

Dans une première video diffusée lundi, le groupe Jund al-Khilafa («Les soldats du califat») avait revendiqué l'enlèvement de Hervé Gourdel, un guide de haute montagne de 55 ans, et menaçait de le tuer si la France ne renonçait pas «sous 24 heures» à ses frappes aériennes en Irak.

La vidéo de mercredi, intitulée «Message de sang pour le gouvernement français», débute par des images de François Hollande prises au cours de la conférence de presse durant laquelle il a annoncé les frappes françaises dans ce pays. Elle montre ensuite l'otage, agenouillé et les mains derrière le dos, entouré de quatre hommes armés et le visage dissimulé. En quelques mots, il témoigne de son amour pour sa famille.

Acte de vengeance

L'un des hommes lit ensuite un message dans lequel il dénonce l'intervention des «croisés criminels français contre les musulmans en Algérie, au Mali et en Irak» notamment. Il affirme qu'au terme du délai accordé à la France pour cesser sa «campagne contre l'Etat islamique et sauver» son ressortissant, le groupe a décidé de le tuer «pour venger les victimes en Algérie (...) et en soutien au califat», proclamé par l'EI sur les régions qu'il contrôle en Irak et en Syrie.

L'Algérie avait déployé ces deux derniers jours quelque 1.500 soldats en Kabylie pour tenter de retrouver Hervé Gourdel. Ce randonneur avait été enlevé à une centaine de kilomètres à l'est d'Alger, au lieu-dit Tizi N'kouilal, un carrefour routier au coeur du parc national du Djurdjura, un haut lieu du tourisme qui est devenu un sanctuaire des groupes armés islamistes dans les années 90.

François Hollande, dans une allocution télévisée, a condamné mercredi soir un «assassinat» «lâche» et «cruel».


«Hervé Gourdel est mort parce qu'il était... par 20Minutes