Des milliers de Russes rassemblés à Moscou contre le rôle du Kremlin en Ukraine

CONFLIT UKRANIEN La manifestation réunissait des figures de l'opposition qui portaient des drapeaux russes et ukrainiens...

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation contre la guerre à Moscou, le 21 septembre 2014
Manifestation contre la guerre à Moscou, le 21 septembre 2014 — Ivan Sekretarev/AP/SIPA

Des milliers de personnes se sont rassemblées dimanche dans le centre de Moscou pour une marche en faveur de la paix en Ukraine et pour protester contre le rôle imputé au Kremlin dans la guerre qui secoue l'est du pays.

Une colonne de manifestants comprenant des figures de l'opposition et dont certains arboraient des drapeaux russes et ukrainiens a traversé les rues de la capitale sous les slogans «Non à la guerre en Ukraine» et «Stop aux mensonges de Poutine», a constaté une journaliste de l'AFP.

Près de 5.000 personnes selon la police

Il s'agit du premier rassemblement massif de manifestants contre la guerre en Russie depuis le début du conflit entre séparatistes prorusses et forces loyalistes ukrainiennes dans le Donbass, il y a plus de cinq mois. La manifestation, intitulée «Marche pour la paix», a rassemblé près de 5.000 personnes dans le centre de Moscou selon la police. L'un des organisateurs, Sergueï Davidis, a pour sa part affirmé que des «dizaines de milliers» de personnes étaient présentes.

«Je suis persuadé que la guerre a été provoquée par Poutine», lance Vladimir Kachitsine, un manifestant de 44 ans venu en chaise roulante. «Je veux que Poutine cesse de s'ingérer dans les affaires internes de l'Ukraine».«Cette guerre est une folie et un crime contre l'Ukraine, les habitants du Donbass et les Russes», abonde Igor Iasine, 34 ans.

Aggravation des «penchants fascistes»

Les organisateurs de la marche ont demandé que les autorités russes cessent leur «politique agressive et irresponsable» en Ukraine qui mène selon eux la Russie vers l'isolement, les troubles économiques et l'aggravation des «penchants fascistes». «Cette politique a amené la guerre en Ukraine et a coûté la vie à des milliers d'Ukrainiens et de Russes», ont-ils écrit sur Facebook.

La Russie est accusé par Kiev et les Occidentaux d'aider la rébellion prorusse dans l'est de l'Ukraine en fournissant armes et matériel aux combattants, mais également en les appuyant avec son armée régulière, ce que Moscou a toujours démenti.

Le soutien de l'oligarque Mikhaïl Khodorkovski

Le site Internet de l'ancien oligarque russe Mikhaïl Khodorkovski, aujourd'hui exilé en Suisse, avait également appelé les Russes à participer à la marche et à distribuer des prospectus anti-guerre. Mikhaïl Khodorkovski, qui a passé plus de dix ans en prison avant d'être gracié par Vladimir Poutine l'année dernière, a déclaré samedi qu'il serait prêt à diriger la Russie en temps de crise au cours du lancement à Paris d'une «plateforme» destinée à rassembler les forces pro-européennes dans le pays.

Parallèlement à la «Marche pour la paix» de Moscou, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées dans la capitale pour soutenir la rébellion prorusse en Ukraine, arborant des drapeaux de la «Nouvelle Russie» et de la «République populaire de Donetsk» proclamée par les séparatistes.

Popularité record de Poutine

A Saint-Pétersbourg, près de 1.000 personnes ont participé à une «marche pour la paix» malgré l'interdiction de la manifestation par les autorités locales. En mars, quelques milliers de Russes avaient déjà marché «pour la paix» dans les rues de Moscou à la veille du référendum en Crimée qui a abouti au rattachement de cette péninsule ukrainienne à la Russie.

Le président Poutine jouit depuis ce rattachement et le début de la crise ukrainienne d'une popularité record au sein de la population russe.