Qui est Matthew Miller, l'Américain condamné à 6 ans de prison en Corée du Nord?

COREE DU NORD L'Etat communiste affirme que le jeune homme de 25 ans avait «l'idée idiote de vivre la vie d'un prisonnier pour rendre compte de la situation des droits de l'Homme en prison»...

Mathias Cena

— 

Matthew Miller lors de son procès en Corée du Nord, le 14 septembre 2014.
Matthew Miller lors de son procès en Corée du Nord, le 14 septembre 2014. — Kim Kwang Hyon/AP/SIPA

Selon Pyongyang, il voulait «devenir célèbre», un «deuxième Snowden», en «s’infiltrant» en Corée du Nord pour «révéler les violations des droits de l’homme». Qui est Matthew Miller, l’Américain condamné dimanche dernier à six ans de camp de travail pour avoir perpétré des actes «hostiles» à l'encontre du régime?

Agent américain infiltré en Corée du Nord ou traitre à sa patrie, les motifs du jeune homme, qui serait âgé de 25 ans selon une photo de son visa, sont un mystère, alors que de nombreux observateurs estiment que les trois prisonniers américains sont considérés par Pyongyang comme une monnaie d'échange politique. Arrêté en avril après avoir été accusé d'avoir déchiré son visa de trois jours et demandé l'asile auprès de l'Etat communiste, Matthew Miller avait «l'idée idiote de vivre la vie d'un prisonnier pour rendre compte de la situation des droits de l'Homme en prison», a écrit l’agence de presse d’Etat KCNA dans un récit intitulé «Rapport détaillé sur la vérité du crime d'un Américain».

«Le plus timide» de la fratrie

Selon Associated Press, qui a pu assister au procès du jeune homme, celui-ci aurait affirmé détenir sur son iPad et son iPod des «informations confidentielles» sur les forces américaines en Corée du Sud. Une vidéo de l’agence américaine montre aussi des pages semblant arrachées du carnet de Matthew Miller, sur lesquelles on peut lire: «Mon objectif est de faire partir l’armée américaine de Corée du Sud», but pour lequel «J’ai essayé d’accéder à des dossiers des bases américaines». Le document, où est encore écrit «j’ai été lié à Wikileaks dans le passé» est évidemment à prendre avec beaucoup de précautions.

«Rien sur sa demande de visa ne laissait imaginer cette issue malheureuse», écrit sur son site l’agence de voyages américaine Uri Tours, qui s’est chargé d’organiser la visite de Matthew Miller en Corée du Nord. Une voisine de la famille Miller en Californie, citée par Korea Real Time, déclare quand à elle que le jeune homme était «le plus timide» d’une fratrie de quatre garçons, qu’il était arrivé en Corée du Sud il y a quatre ans pour rendre visite à son frère, militaire stationné dans le pays. Selon la même source, il enseignait l’anglais et étudiait le coréen.

Pousser Washington à la négociation

Un autre Américain, Kenneth Bae, a été arrêté en novembre 2012. Accusé d'être un militant chrétien évangéliste cherchant à renverser le gouvernement nord-coréen, il a été condamné à 15 ans de camp de travail. Jeffrey Fowle, également rentré en Corée du Nord au mois d'avril, a quant à lui été accusé d'avoir laissé une bible dans un hôtel.

Le 2 septembre, les trois Américains ont lancé un appel pour demander à Washington d'envoyer un émissaire afin de négocier leur libération avec Pyongyang. Alors qu'ils étaient surveillés par des représentants du gouvernement, ils ont évoqué leurs conditions de détention dans une interview à la chaîne CNN, ce qui est très inhabituel en Corée du Nord. Les trois prisonniers étaient dans un hôtel de la capitale nord-coréenne. D'après des analystes, ce procès entre dans le cadre des efforts de Pyongyang pour pousser Washington à la négociation.