EIIL, État islamique, Daesh: Comment nommer les djihadistes en Irak et en Syrie?

MONDE Les autorités françaises n'utilisent plus le terme «Etat islamique» pour désigner les djihadistes, mais «Daesh»…

R.L.

— 

Le drapeau de l'Etat Islamique de l'autre côté d'un pont à Rashad, sur la route entre Kirkouk et Tikrit, en Irak, le 11 septembre 2014
Le drapeau de l'Etat Islamique de l'autre côté d'un pont à Rashad, sur la route entre Kirkouk et Tikrit, en Irak, le 11 septembre 2014 — J.M Lopez AFP

Exit l’appellation Etat islamique. Le 15 septembre, sur France Inter, Laurent Fabius a refusé d'employer ce terme. L'organisation n'a «rien d’un Etat» et cette appellation créerait, selon lui, «une confusion entre l'islam, l'islamisme et les musulmans», a-t-il déclaré. Les autorités françaises ont donc officiellement adopté l’acronyme «Daesh» pour désigner l’EI dans leurs discours officiels.

De l’EIIL à Daesh 

Dans un premier temps nommée Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), l’organisation terroriste est devenue EI -pour Etat islamique- à la suite de la proclamation du califat par Abou Bakr al-Baghdadi, en juin dernier.

Mais désormais, une partie de la coalition internationale utilise Daesh -al-Daoula Al-islamiya fi al-Erak wal-Cham– soit EIIL en arabe. Initialement, cet acronyme a été lancé dès 2013 par les médias qui étaient hostiles au groupe, dont al-Arabiya, et d’autres chaînes d’information iraniennes et libanaises.

Une appellation «péjorative»

Selon France 24, cette dénomination a fait rapidement des adeptes dans les rangs de ceux qui se battent contre l’EI en Syrie, du côté des rebelles comme du côté du régime de Bachar al-Assad. Le but était justement d’occulter les mots «État» et «Islamique», pour minimiser l’influence de l’organisation au sein des populations de la région et empêcher toute adhésion à son idéologie.

De plus, pour certains experts, ce terme désignerait aussi de façon péjorative l'Etat islamique. Selon le chercheur Romain Caillet, consultant sur les questions islamistes, Daesh est une appellation «impropre et péjorative, utilisée par les opposants à l’Etat islamique». «Si, en langue arabe, il peut y avoir une légitimité à l'employer, son utilisation en français est clairement idéologique», a-t-il expliqué aux Clés du Moyen-Orient