Coalition contre l'Etat islamique: «Une décision absurde et dangereuse», dénonce Villepin

IRAK L'ancien Premier ministre estime que l'Occident n'a pas tiré les leçons de l'Afghanistan...

T.L.G.

— 

Dominique de Villepin le 13 septembre 2013 à Paris
Dominique de Villepin le 13 septembre 2013 à Paris — Joel Saget AFP

La voix n'a pas changé depuis 2003. Comme lors de son célèbre discours prononcé à l’Onu contre l'intervention militaire en Irak, Dominique de Villepin a condamné vendredi la mise en place d’une coalition internationale pour frapper l’Etat islamique (EI).

«L'annonce par le président Obama d'une grande coalition pour engager une troisième guerre d'Irak est une décision absurde et dangereuse», a prévenu l’ancien Premier ministre sur BFM TV. «Il serait temps que les pays occidentaux tirent les leçons de l'Afghanistan. Il y avait en 2001 un foyer central de terrorisme. Aujourd'hui, il y en a une quinzaine. Nous les avons multipliés [...] L'État islamique, c'est l'enfant monstrueux de l'inconstance et de l'arrogance de la politique occidentale».

Guerre précipitée par l'émotion

François Hollande est ce vendredi en visite en Irak, un jour après que Barack Obama a obtenu le soutien de dix pays arabes pour «éradiquer» les djihadistes. «Aujourd'hui, aller faire la guerre dans cette région, c'est prendre le risque de fédérer contre nous», a ajouté Dominique de Villepin, déplorant une guerre précipitée par l'émotion. «La guerre dans le terrorisme et les crises identitaires, c'est mettre de l'huile sur le feu. A chaque fois qu'on fait une guerre, on doit en faire une autre pour réparer notre incompétence» à répondre à la menace terroriste, a-t-il déploré.

Pour lutter contre le terrorisme, «la première chose à faire est de toujours respecter le droit international. Deuxièmement, il ne convient pas de précipiter cette région dans une nouvelle guerre mais de lui faire prendre ses responsabilités».