Qui est Haïdar al-Abadi, le Premier ministre irakien que la France soutient?

IRAK Il porte l’espoir du succès de la coalition internationale contre les djihadistes...

B. de V. avec AFP

— 

Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi le 21 août 2014 à Bagdad
Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi le 21 août 2014 à Bagdad — Karim Kadim Pool

Une démonstration de confiance. François Hollande a promis vendredi à Bagdad son soutien au nouveau gouvernement irakien «composé démocratiquement», en plein effort international pour tenter de défaire les djihadistes de l'Etat islamique (EI). Un gouvernement irakien mené par Haïdar al-Abadi, nouveau Premier ministre sur qui compte la communauté internationale, les Etats-Unis en tête.

Agé de 62 ans, vice-président du Conseil des représentants en 2014, il est devenu Premier ministre le 8 septembre dernier. Membre du Parti islamique Dawa, Haïdar al-Abadi était ministre des Communications au sein du gouvernement intérimaire mis en place après le renversement de Saddam Hussein en 2003.

Le 11 août, après avoir été désigné par l'alliance nationale irakienne, coalition majoritaire au Conseil des représentants, comme candidat au poste de Premier ministre au détriment du sortant Nouri al-Maliki, le président Fouad Massoum le charge de former un nouveau gouvernement. Un gouvernement de rassemblement qui a été approuvé cette semaine par le Parlement irakien.

Un homme accessible

Ancien exilé en Grande-Bretagne, il a décroché en 1981 un doctorat en ingénierie électrique et électronique à l'université de Manchester. Il était à l'étranger durant l'essentiel du règne de Saddam Hussein. Siégeant depuis longtemps au Parlement, il était considéré comme proche de son prédécesseur Nouri al-Maliki jusqu'à sa nomination. Une décision dénoncée par ce dernier, qui s'estime spolié d'un troisième mandat.

«Jusqu'à très récemment, il était un substitut de Maliki. Je n'ai jamais vu beaucoup de différences entre eux», estime Kirk Sowell, éditeur de la lettre d'information spécialisée Inside Iraqi Politics, basée à Amman. «Haïdar est une personne très amicale, très réaliste», selon Zaid al-Ali, expert en droit et auteur de l'essai La Lutte pour l'avenir de l'Irak. «Les gens reconnaissent qu'il est très accessible. Vous n'avez pas besoin d'être méfiant après avoir parlé avec lui, vous ne devez pas vous inquiéter si vous êtes en désaccord avec lui», précise-t-il.

Deux frères exécutés par Saddam Hussein

Dans une biographie figurant sur son site internet, il déclare que deux de ses frères ont été arrêtés par le régime de Saddam Hussein au début des années 1980 et exécutés pour leur appartenance au parti Dawa, opposé au dictateur. Un troisième frère a été arrêté et emprisonné pendant dix ans sur la base des mêmes accusations.

Son plus grand défi est désormais de rétablir la sécurité, face à des djihadistes qui contrôlent de larges zones des cinq provinces irakiennes. Pour accomplir cette lourde tâche, il peut déjà compter sur l’appui de la communauté internationale.