Irak: Hollande venu apporter une solidarité «politique, sécuritaire et humanitaire» au nouveau gouvernement

IRAK Le président français est arrivé à Bagdad pour y rencontrer le président irakien Fouad Massoum et le Premier ministre Haïdar al-Abadi...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande au sommet de l'Otan, le 5 septembre 2014.
François Hollande au sommet de l'Otan, le 5 septembre 2014. — ALAIN JOCARD / AFP

François Hollande est arrivé vendredi à Bagdad où il entend témoigner du soutien de la France au nouveau gouvernement irakien et préciser sa stratégie à l'encontre des djihadistes de l'État islamique (EI), a constaté un journaliste de l'AFP.

Le chef de l'Etat a souhaité apporter son «soutien et l’amitié de la France envers ce nouveau gouvernement ».

«Cette solidarité prend plusieurs formes: politique, sécuritaire et humanitaire, face a un groupe terroriste qui n’a pas de frontières mais a des interêts territoiraux. Qui veut faire la guerre à tou ceux qui ne partagent pas leur vision du monde fondé sur la terreur», a-t-il ajouté. La conférence qui s'ouvrira lundi à Paris servira à «coordoner les aides, les soutiens, et les actions pour préserver l’unité de l’irak et lutter contre ce groupe terroriste».

Aide humanitaire livrée à Erbil

Son avion transporte 15 tonnes d'aide humanitaire devant être livrées à Erbil, dans le nord de l'Irak, ou il se rendra plus tard dans la journée, après avoir rencontré son homologue irakien Fouad Massoum et le Premier ministre Haïdar al-Abadi.

Hollande est accompagné du chef de la diplomatie Laurent Fabius et du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Onze ans après avoir refusé de suivre Washington et Londres dans l'invasion de l'Irak, la France tente ainsi de revenir sur le devant de la scène dans ce pays avec lequel elle a entretenu des liens historiques forts mais ambigus, sous le régime de Saddam Hussein - renversé par l'invasion américano-britannique de 2003.

Le Premier ministre Haïdar al-Abadi est à la tête d'un gouvernement de rassemblement approuvé lundi par le Parlement irakien même si plusieurs portefeuilles clés, dont la Défense et l'Intérieur, restent à pourvoir.

Réponse militaire, diplomatique et humanitaire

Le président français fera également escale dans la journée à Erbil, dans les pas de Laurent Fabius qui s'était rendu le 10 août dans la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien pour y superviser une livraison d'aide humanitaire française aux réfugiés fuyant la progression fulgurante des djihadistes de l'EI.

Dès lundi, François Hollande retrouvera son homologue irakien à Paris pour une conférence sur «la paix et la sécurité» en Irak qu'ils coprésideront autour de trois objectifs: affirmer le soutien de la communauté internationale au nouveau gouvernement irakien, coordonner la lutte contre l'EI et engager les efforts humanitaires et de reconstruction de l'Irak.