Un journaliste italien capturé

— 

Les talibans ont revendiqué mardi l’enlèvement d’un journaliste italien, Daniele Mastrogiacomo, qu’ils accusent d’avoir collaboré avec les forces britanniques. Le quotidien La Republicca a confirmé ne plus avoir de nouvelles de son envoyé spécial mais mercredi, les autorités italiennes n'avaient reçu aucune revendication. «Apparemment, il serait entre les mains des talibans dans la province d'Helmand, mais il n'y encore rien de sûr. Nous sommes en pleine incertitude», a déclaré l'ambassadeur italien à Kaboul Ettore Francesco Sequi.

Deux Afghans qui travaillaient avec Daniele Mastrogiacomo, ont également disparu. La province d'Helmand échappe en grande partie au contrôle des autorités et plusieurs journalistes y ont été enlevés ou «arrêtés» ces derniers mois, avant d'être relâchés.

Le mois dernier, une équipe de quatre personnes - un Britannique et trois Afghans de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera - avait été capturée par les talibans dans la province d'Helmand et relâchée moins de 24 heures plus tard. Deux journalistes pakistanais avaient également été brièvement détenus en novembre par les talibans pour avoir pénétré sans autorisation sur leur «territoire» dans la même province. Un photographe italien, enfin, avait été enlevé par des inconnus en octobre alors qu'il se rendait à Lashkar Gah, capitale d'Helmand. Il avait été relâché 23 jours plus tard. Les talibans ont toujours nié être derrière ce rapt.