Offensive de printemps en Afghanistan

CONFLIT L’Otan lance sa plus grande opération antitaliban dans le sud du pays…

— 

Les groupes allemand Siemens et américain IBM ont décroché un gros contrat d'équipement avec l'armée allemande, évalué à 7,1 milliards d'euros sur dix ans, a indiqué Siemens jeudi dans un communiqué.
Les groupes allemand Siemens et américain IBM ont décroché un gros contrat d'équipement avec l'armée allemande, évalué à 7,1 milliards d'euros sur dix ans, a indiqué Siemens jeudi dans un communiqué. — Michael Hanschke AFP/DDP/Arch.

La force de l'OTAN a annoncé mardi le début d'une «grande offensive» contre les talibans avec l'envoi de plus 5.000 hommes dans la province d'Helmand (sud de l’Afghanistan). Menée par la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf), l’opération «Achille» a pour objectif «d'améliorer la sécurité dans les régions où les talibans, les narco-trafiquants et autres éléments essaient de déstabiliser le gouvernement afghan».

Trafic de drogue

La province d'Helmand, et notamment sa partie septentrionale, est en effet au coeur de l'insurrection talibane et du trafic de drogue. Plus de 80% des paysans y cultivent l'opium, parfois sous la protection des talibans qui financent leur rébellion avec ce trafic.


Autre objectif, «permettre au gouvernement afghan de lancer le projet de Kajaki», selon le général néerlandais Ton van Loon, commandant en chef de l'Isaf dans le sud du pays. La restauration de cet important barrage hydro-électrique dans le district de Kajaki, où sont déployés des soldats britanniques, a été suspendue l'an dernier en raison des attaques continuelles des talibans sur le site.

19 civils tués

Cette vaste offensive intervient alors que les forces internationales, en particulier les soldats américains, sont sur la sellette pour la mort dimanche de 19 civils, neuf lors d'un raid aérien près de Kaboul et dix après une attaque suicide dans l'est du pays. Une cinquantaine de civils avaient été tués au cours d'une autre grande opération de l'Isaf, «Medusa», qui avait impliqué environ 2.000 soldats en septembre dernier dans la province voisine de Kandahar.

De leur côté, les talibans ont affirmé avoir jusqu'à 10.000 combattants et 200 kamikazes prêts à se lancer à l'attaque dans le sud du pays. Selon le colonel Tom Collins, porte-parole de l'Isaf, des «centaines» de combattants du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Asie centrale se sont joints aux talibans.



L'Isaf compte actuellement quelque 36.000 hommes (soldats britanniques, américains, canadiens, néerlandais) contre 9.000 au moment de son déploiement dans le sud du pays il y a dix mois.