La Chine fait sa poussée de croissance

©2006 20 minutes

— 

La Chine devrait connaître, cette année encore, une croissance économique soutenue, mais le Premier ministre Wen Jiabao a insisté lundi sur la nécessité de résorber les disparités sociales, à l'ouverture de la session parlementaire annuelle.
La Chine devrait connaître, cette année encore, une croissance économique soutenue, mais le Premier ministre Wen Jiabao a insisté lundi sur la nécessité de résorber les disparités sociales, à l'ouverture de la session parlementaire annuelle. — Teh Eng Koon AFP

C'est une tradition. Chaque année, lors de la session annuelle du Parlement, Pékin prévoit une croissance d' « environ 8 % ». Et chaque année, la hausse du produit intérieur brut (PIB) chinois explose les compteurs et frôle, comme en 2006, les 11 %. Hier, lors de l'ouverture de la session, le Premier ministre, Wen Jiabao, a une nouvelle fois fixé des objectifs de croissance prudents. Il est aussi revenu sur la nécessité de renforcer et d'améliorer « les mesures de macro-contrôles », afin de limiter les investissements et de contrôler le crédit. Au taux de croissance record s'ajoute en effet un excédent commercial phénoménal de 177,47 milliards de dollars, qui fait craindre la surchauffe aux autorités. Et qui pèse sur le développement économique.Car si le pays est riche, sa population l'est bien moins. Hier, le Premier ministre a donc promis de s'attaquer aux inégalités qui plombent la consommation chinoise. « Pas surprenant, selon le sinologue Jean-Philippe Béja, directeur de recherche au CNRS/Ceri. Depuis trois ans, la nouvelle direction du parti estime que la polarisation sociale risque de mettre en danger la légitimité du régime (...) Cela ne veut pas dire que dans la réalité, ils mettent les moyens nécessaires pour la mise en oeuvre du changement ». Hier, Wen Jiabao a aussi fustigé « le goût marqué pour le luxe » de certains responsables chinois et évoqué le concept de « démocratie à la chinoise ». L'empire du Milieu à l'aube d'un grand changement ? Pas tout à fait. Comme le souligne Jean-Philippe Béja, « ce n'est pas "démocratie" qui est important, c'est "à la chinoise" ! » A. Le Goff avec P. Coetshet