L'Otan, à quoi ça sert exactement?

MONDE Alors que se tient ces jeudi et vendredi un sommet de l’Otan au Royaume-Uni…

Céline Boff

— 

Les ministres des Affaires étrangères de l'Otan réunis à Bruxelles, le 1er avril 2014
Les ministres des Affaires étrangères de l'Otan réunis à Bruxelles, le 1er avril 2014 — John Thys AFP

C’est l’événement majeur de ce jeudi. L’ouverture à Newport, au Royaume-Uni, du sommet de l’Otan. Une soixantaine de chefs d’Etat et de gouvernement y sont attendus pour traiter, pendant deux jours, des deux principales crises internationales du moment: le conflit dans l’Est ukrainien et la menace de l’Etat islamique. Mais qu’est-ce que l’Otan? 20 Minutes fait le point.

L’Otan, c’est quoi?

C’est l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord. L’Otan peut également être appelé Nato (acronyme anglais de «North Atlantic treaty organization»), l’Alliance ou encore l’Alliance atlantique. Concrètement, l’Otan est une alliance de pays d’Europe et d’Amérique du Nord. Elle regroupe actuellement 28 pays membres, dont la France, les Etats-Unis, le Canada, l’Allemagne ou encore la Turquie. Les derniers pays ayant intégré l’Otan sont l’Albanie et la Croatie, en 2009.

Quel est son but?

Maintenir la paix sur les continents américain et européen et assurer une défense commune contre les menaces extérieures. Avant tout par la diplomatie et par la collaboration politique. Mais si ces moyens ne sont pas suffisants, l’Otan possède des capacités militaires qui lui permettent de conduire des «opérations multinationales de gestion de crise», c’est-à-dire des interventions armées.

Notez que l’Otan obéit à un principe majeur: l’attaque de l’un ou plusieurs de ses membres doit être considérée comme une attaque dirigée contre tous, ce qui implique de répondre par une «défense collective». C’est l’article 5 du Traité de Washington, ou Traité de l’Atlantique Nord, le traité fondateur de l’Otan. Cet article 5 n’a été invoqué qu’une seule fois, en réponse aux attentats terroristes du 11-Septembre.

Quelle est son histoire?

L’Alliance a été créée en 1949 pour assurer la sécurité du continent européen après la Seconde Guerre mondiale. Deux Etats préoccupent alors l’Otan: l’Allemagne et l’Union soviétique.

En 1991, l’empire soviétique n’existe plus, la Russie est à l’agonie économique, la guerre froide est terminée. Mais cette année-là marque le début des guerres de Yougoslavie, soit dix ans de conflits, d’abord en Slovénie, puis en Croatie, en Bosnie, au Kosovo et en Macédoine. L’Otan intervient en Bosnie en 1995 et au Kosovo en 1999. En 2001, les attentats du 11-Septembre font jouer un nouveau rôle à l’Otan, qui s’engage dans une «guerre contre le terrorisme».

Comment fonctionne l’Otan?

Pour agir, l’Otan doit prendre des «décisions» qui doivent faire «consensus». Autrement dit, une décision doit être adoptée par chacun des membres. Dans les faits, il n’y a pas de vote à l’Otan. Les Etats discutent entre eux jusqu’à ce qu’une décision acceptable par tous soit prise. Il arrive que les pays membres conviennent de ne pas s’accorder sur un point particulier.

Pour éclairer les membres dans leur prise de décisions, des centaines d’experts et de responsables civils et militaires se rendent chaque jour au siège de l’Otan, à Bruxelles, pour échanger des informations et partager des idées.

Quels sont ses projets?

Vendredi, les dirigeants occidentaux devraient adopter un plan de réactivité (Readiness action plan, RAP) en réponse à l’attitude de la Russie dans la crise ukrainienne, perçue comme une menace directe par certains de ses membres (Pays baltes, Pologne, Roumanie, Bulgarie).

Concrètement, l’Alliance souhaite mettre sur pied une présence «permanente» en Europe de l’Est soutenue par une force de réaction rapide qui pourrait «être déployée n’importe où dans le monde très rapidement», selon Barack Obama et David Cameron. Ce plan devrait coûter «quelques centaines de millions d’euros» par an.

Le sommet de Newport doit aussi acter le retrait d’Afghanistan des troupes de combat de l’Otan après treize années de présence, l’opération la plus longue et la plus importante jamais menée par l’Alliance.