«Ce discours donne de la légitimité aux protestations dans la société»

Propos recueillis par Pierre Koetschet

— 

La Chine devrait connaître, cette année encore, une croissance économique soutenue, mais le Premier ministre Wen Jiabao a insisté lundi sur la nécessité de résorber les disparités sociales, à l'ouverture de la session parlementaire annuelle.
La Chine devrait connaître, cette année encore, une croissance économique soutenue, mais le Premier ministre Wen Jiabao a insisté lundi sur la nécessité de résorber les disparités sociales, à l'ouverture de la session parlementaire annuelle. — Teh Eng Koon AFP

Jean-Philippe Béja, directeur de recherche au CNRS/CERI, analyse les raisons qui ont poussé le Premier ministre chinois à prononcer un discours aux forts accents sociaux et écolos, lundi matin, en ouverture de la session annuelle du parlement chinois.

Etes vous surpris par la teneur du discours de Wen Jiabao?
Pas vraiment. Cela fait quand même plus d’un an qu’il tient ce genre de discours. Les problèmes de pollution en Chine sont énormes. Il y a souvent des accrochages assez forts dans les campagnes. Depuis trois ans, la nouvelle direction estime que la polarisation sociale risque de mettre en danger la légitimité du régime. C’est pourquoi nous avons ce discours sur la lutte contre les inégalités ou pour changer de mode de développement. Cela ne veut pas dire que dans la réalité, ils mettent les moyens nécessaires pour la mise en œuvre du changement politique. Au niveau local, cela reste un développement très polluant et générateur d’inégalités. Ce qui pourrait aider à combattre les inégalités, ce serait par exemple la mise en place de syndicats autonomes. Là, le discours est inflexible. De la même façon, les organisations de défense de l’environnement ne doivent pas remettre en question le rôle de l’Etat.

Ce discours pourra-t-il se traduire dans les actes?
Difficile à dire. Cela reste un discours officiel, mais cela donne de la légitimité aux protestations dans la société: quand les paysans se battront contre une centrale qui pollue, ils pourront s’appuyer sur le discours du Premier ministre.

A qui s’adresse ce discours? Aux membres du Parlement, aux occidentaux? aux citoyens chinois?
Surtout aux Chinois, il me semble. Le pouvoir tient à parler d’une part à un certain nombre d’intellectuels qui comptent parmi les soutiens du régime, d’autre part, il veut s’adresser aux paysans qui sont victimes de ce développement: ils subissent la pollution au plomb, la désertification. Ils sont de plus en plus concernés par ces questions.

Il a aussi parlé de parlé de «démocratie à la chinoise»…
Il a dit aussi très récemment qu’il n’était pas question d’une démocratie occidentale. Ce n’est pas «démocratie» qui est important, c’est «à la chinoise»!