La France suspend jusqu'en novembre sa livraison du premier mistral à la Russie

ARMEMENT Un contrat portant sur la vente à la Russie de deux navires de guerre Mistral pour 1,2 milliard d'euros avait été signé...

20 Minutes avec AFP

— 

Vue prise le 9 mai 2014 du Vladivostok, le navire militaire Mistral construit pour la Russie à Saint-Nazaire
Vue prise le 9 mai 2014 du Vladivostok, le navire militaire Mistral construit pour la Russie à Saint-Nazaire — Jean-Sébastien Evrard AFP

Les conditions pour la livraison du premier Mistral à la Russie pas réunies, a annoncé l'Elysée ce mercredi. La France a décidé de suspendre «jusqu'en novembre» la livraison du premier navire de guerre Mistral à la Russie, a indiqué une source diplomatique française. «C'est à cette date que l'on verra s'il y a des conséquences financières», a précisé cette source, ajoutant que celles-ci «pourraient nous coûter 1 milliard d'euros».

Devant «la situation en Ukraine» jugée «grave», le «président de la République a constaté que, malgré la perspective d'un cessez-le-feu qui reste à confirmer et à être mis en oeuvre, les conditions pour que la France autorise la livraison du premier BPC [Bâtiment de projection et de commandement] ne sont pas à ce jour réunies», a déclaré la présidence dans un communiqué.

La Russie, grand importateur

Mi-août, Moscou avait annoncé que la France sera payée uniquement lorsque cette dernière aura livré le deuxième porte-hélicoptère Mistral, alors que Paris en conditionnait la livraison à «l'attitude de la Russie» dans la crise ukrainienne, avait annoncé Rosoboronexport, le groupe public d'armement russe.

La Russie, l'un des plus grands importateurs de matériel militaire et de technologies, a signé en 2011 un contrat officialisant l'achat à la France de deux navires de guerre Mistral pour 1,2 milliard d'euros.