Quand la Chine décroîtra

— 

Malgré des inégalités croissantes et la montée des tensions sociales, la Chine va maintenir le cap des réformes libérales, a assuré mardi le Premier ministre chinois Wen Jiabao dans une intervention aux accents populistes. Au cours d'une conférence de presse tenue après la clôture de la session annuelle du Parlement à Pékin, M. Wen a affirmé que "reculer n'(était) pas la solution".
Malgré des inégalités croissantes et la montée des tensions sociales, la Chine va maintenir le cap des réformes libérales, a assuré mardi le Premier ministre chinois Wen Jiabao dans une intervention aux accents populistes. Au cours d'une conférence de presse tenue après la clôture de la session annuelle du Parlement à Pékin, M. Wen a affirmé que "reculer n'(était) pas la solution". — Frederic J. Brown AFP

Santé, écologie, mesures de protection sociales, le discours du Premier ministre Wen Jiabao avait une tonalité très vieille Chine, et il a fixé le taux de croissance pour l’année à venir à 8% (elle était de 10,7% en 2006).


«La tâche la plus importante est de promouvoir un développement solide et rapide», a déclaré le chef du gouvernement dans un discours à l'ouverture de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire (ANP - Parlement) «Les mesures de macro-contrôles doivent être renforcées et améliorées. L'essentiel est de limiter le montant des investissements, de contrôler le crédit.»

… A venir, l’interview de Jean-Philippe Beja, chercheur au CNRS, pour décrypter le discours du Premier ministre chinois…

En début de chaque année, le gouvernement chinois a pour habitude de prévoir un taux de croissance prudent d'environ 8%, systématiquement dépassé.

Dans le domaine social, Wen Jiabao a promis lundi des mesures budgétaires pour venir en aide aux plus démunis dans les campagnes, ainsi qu'une réduction des disparités de niveau de vie qui se sont creusées ces dernières années. Il a aussi annoncé des efforts dans la santé et l'éducation.

Chantre de l'«harmonie sociale», avec le président Hu Jintao, Wen Jiabao s'en est une nouvelle fois pris aux cadres du Parti communiste qui dilapident les fonds publics.