Cassé

— 

Destruction de la maison de jeunes à l'origine d'émeutes à Copenhague le 5 mars 2007.
Destruction de la maison de jeunes à l'origine d'émeutes à Copenhague le 5 mars 2007. — no credit

Des ouvriers masqués, cachés dans des engins de démolition, sous forte protection policière. L’ambiance est toujours très tendue à Copenhague, mais la démolition de la maison des jeunes a commencé dans le calme, après plusieurs nuits d’émeutes.
Cette maison, appelée «Ungdomshuset» était le refuge depuis 25 ans de jeunes marginaux de divers horizons, et un des bastions de la culture «underground» en Europe. Elle a été vendue en 2001 par la mairie de Copenhague à une communauté chrétienne qui a demandé l'expulsion de ses occupants.

«Un jour très triste»

Les violences entre policiers et jeunes avaient débuté jeudi dernier. Plus de six cents personnes ont été interpellées par la police dont environ 140 venues d'autres pays européens, comme l'Allemagne.

«C'est un jour très triste. On ôte aux jeunes une maison qu'ils aimaient tant et qui avait des tas d'activités», a déclaré lundi une mère de famille à TV2 News en regardant la démolition du bâtiment historique qui abritait à la fin du XIXe siècle une maison du peuple.

Dimanche, un groupe de jeunes avait organisé une veillée funèbre, déposant des fleurs, allumant des cierges et écrivant des mots d'adieu à une centaine de mètres du bâtiment dont l'accès est toujours gardé par un important cordon policier.