Tous les Casques bleus philippins ont été évacués sains et saufs

SYRIE 44 autres casques bleus fidjiens, capturés dans une autre partie du Golan, sont eux toujours retenus...

20 Minutes avec AFP

— 

Le général en chef de l'armée philippine tient une conférence de presse au sujet des Casques bleus envoyés sur le plateau du Golan, le 31 août 2014.
Le général en chef de l'armée philippine tient une conférence de presse au sujet des Casques bleus envoyés sur le plateau du Golan, le 31 août 2014. — Aaron Favila/AP/SIPA

La totalité des 75 Casques bleus philippins de la Force des Nations unies pour le désengagement sur le Golan (UNDOF), qui étaient en position périlleuse en raison de combats, sont sains et saufs, a indiqué dimanche un porte-parole de l'armée philippine. «Tous sont en sécurité. Nous avons quitté notre position mais nous avons emporté toutes nos armes», a déclaré le lieutenant-colonel Ramon Zagala.

Un premier groupe de 35 soldats philippins avaient été extraits samedi de leur position par des véhicules blindés de l'ONU après que des rebelles syriens eurent attaqué leurs camarades positionnés à environ 4 km, a-t-il indiqué.

Les 40 autres soldats ont fait face aux rebelles syriens durant «un échange de tirs de sept heures» mais ont pu finalement, profitant de la nuit, rejoindre à pied une position de l'ONU située à 2 km, a-t-il précisé. Ils ont ensuite été transportés au camp Ziouani, situé derrière les lignes de l'ONU, a-t-il dit à l'AFP. «Il n'y a plus de confrontation. Tous sont en sécurité.»

44 Casques bleus fidjiens de l'Undof toujours retenus

L'ONU a de son côté confirmé que les 40 Casques bleus philippins de l'Undof avaient été exfiltrés «pendant un cessez-le feu conclu avec les éléments armés» qui les bloquaient dans leur position. «Il sont arrivés en lieu sûr une heure après», ajoute l'ONU dans un communiqué. L'ONU avait indiqué auparavant «s'efforcer toujours de faire libérer» 44 Casques bleus fidjiens de l'Undof capturés dans une autre partie du Golan.

Dans une déclaration rapportée par son porte-parole, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a «fermement condamné» l'attaque contre les Casques bleus philippins et la détention de leurs collègues fidjiens, qu'il a attribuées à des «acteurs armés non-étatiques, dont le Front Al-Nosra». Il a réclamé «la libération immédiate et sans conditions» des Casques bleus détenus et demandé à «toutes les parties de coopérer pleinement» avec l'Undof.

L'Undof compte 1.223 hommes issus de six pays (Inde, Fidji, Philippines, Irlande, Pays-Bas et Népal). Son mandat vient d'être renouvelé pour six mois, jusqu'au 31 décembre 2014. Des soldats philippins avaient déjà été capturés l'an dernier à deux reprises par des rebelles syriens sur le Golan puis relâches au bout de quelques jours.