Nigeria: Boko Haram massacre des civils dans une ville conquise du nord

NIGERIA Les islamistes de Boko Haram se sont emparés de Gamboru Ngala après avoir occupé les installations militaires et policières locales à l'issue de combats ayant forcé des milliers d'habitants à se réfugier au Cameroun voisin...

20 Minutes avec AFP

— 

Capture d'écran du 24 août 2014, prise à partir d'une vidéo fournie par Boko Haram à l'AFP et qui montre le responsable du mouvement extrémiste Abubakar Shekau (c)
Capture d'écran du 24 août 2014, prise à partir d'une vidéo fournie par Boko Haram à l'AFP et qui montre le responsable du mouvement extrémiste Abubakar Shekau (c) — Boko Haram

Des islamistes de Boko Haram ont tué de nombreux habitants de la ville nigériane de Gamboru Ngala, frontalière de l'extrême-nord du Cameroun, ont affirmé samedi des témoins à l'AFP.

Les islamistes de Boko Haram se sont emparés cette semaine de Gamboru Ngala après avoir occupé les installations militaires et policières locales à l'issue de combats ayant forcé des milliers d'habitants à se réfugier au Cameroun voisin. «Maintenant ils tuent les gens comme des poulets», a raconté Sidi Kyarimi, un habitant de Gamboru qui s'est réfugié vendredi à Fotokol, une ville camerounaise jouxtant la frontière. «Ils ont commencé par des meurtres ciblés puis ils ont continué avec des massacres».

«Ils menacent de tuer quiconque refuse de quitter la ville»

Parmi les victimes figurent notamment le plus haut dignitaire musulman de la ville, a-t-il affirmé. «Ils menacent de tuer quiconque refuse de quitter la ville. Ils affirment que ce n'est pas chez nous», a-t-il ajouté. Les islamistes parcourent les rues de la ville avec des armes et des machettes, a témoigné Yousouf Sanda, qui s'est également réfugié à Fotokol. «Ils pénètrent dans les maisons et les magasins pour les piller», a-t-il déclaré.

Ces dernières semaines, Boko Haram s'est emparé de territoires dans l'Etat de Borno (nord-est), près de la frontière avec le Cameroun, apparemment pour se créer un propre Etat. Le groupe islamiste contrôle désormais trois districts de l'Etat de Borno, ainsi qu'au moins un district dans deux autres Etats, Yobe et Adamawa.