RDC: Inquiétude pour plusieurs dizaines de mineurs présumés ensevelis

RDC Des mineurs clandestins, habitués à descendre la nuit dans la mine de cuivre et de cobalt de Lupoto, auraient été pris au piège par des travaux d'aménagement de la mine...

20 Minutes avec AFP

— 

Une mine d'or en République démocratique du Congo en 2009.
Une mine d'or en République démocratique du Congo en 2009. — LIONEL HEALING / AFP

Une trentaine de mineurs clandestins ont manifesté vendredi colère et inquiétude pour le sort de plusieurs dizaines de leurs camarades ensevelis selon eux dans une mine du sud-est de la République du Congo, a constaté un journaliste de l'AFP. D'après ces «creuseurs artisanaux» habitués à descendre la nuit dans la mine de cuivre et de cobalt de Lupoto, des mineurs ont été pris au piège par des travaux d'aménagement de la mine dans la nuit de jeudi à vendredi.

A flanc de colline, la mine de Lupoto est située dans la localité d'Inakiluba, à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Lubumbashi, chef-lieu de la province du Katanga. Armés de pelles et de pioches, les manifestants ont essayé d'aménager des conduits d'air dans les tunnels comblés la nuit par des engins de chantier.

37 mineurs auraient été ensevelis quand les machines ont commencé à combler des tunnels

Sous le couvert de l'anonymat, l'un d'eux a affirmé avoir échappé de justesse à l'ensevelissement car il était près de l'entrée du puits de mine quand les machines sont entrées en action. Selon lui, 37 de ses camarades, qui se trouvaient plus en profondeur, n'ont pas eu cette chance.

Présent sur les lieux, un agent de l'Agence nationale du renseignement (ANR) a indiqué avoir reçu la plainte de plusieurs familles. «Il y a encore des gens ensevelis sous terre», a-t-il affirmé. Propriété de l'entreprise minière publique Gécamines, la mine de Lupoto est exploitée depuis janvier par la société Luna Mining.

Les mineurs illégaux sont légion au Katanga

Un représentant de cette société a indiqué que des travaux avaient effectivement eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi afin d'aménager des routes pour évacuer la production de la mine et qu'ils avaient nécessité de boucher des puits utilisés par les creuseurs. Les villageois avaient été dûment prévenus de ces travaux et de leur date, a-t-il affirmé.

Interrogé par l'AFP, le gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, a soutenu «qu'aucun creuseur [n'avait] été enseveli car tous [avaient] été évacués avant les travaux». En dépit de ses énormes ressources naturelles, la RDC est l'un des pays les moins développés au monde. Les mineurs illégaux sont légion au Katanga, région au sous-sol extrêmement riche, à risquer leur vie chaque jour pour une poignée de dollars, souvent avec la complicité des autorités administratives ou militaires locales.