Ukraine: Vladimir Poutine demande un «couloir humanitaire» pour l'armée de Kiev

RUSSIE Il a aussi demandé aux séparatistes prorusses de fournir «une aide médicale» aux soldats blessés...

20 Minutes avec AFP

— 

Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse le 27 août 2014 à Minsk
Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse le 27 août 2014 à Minsk — Kirill Kudryavtsev AFP

Le président russe Vladimir Poutine a demandé aux séparatistes prorusses, dans la nuit de jeudi à vendredi, d’ouvrir un «couloir humanitaire» pour les troupes ukrainiennes encerclées après la prise de contrôle par les rebelles de la ville stratégique de Novoazovsk, dans l’est de l’Ukraine.

«J’appelle les forces rebelles à ouvrir un couloir humanitaire pour les troupes ukrainiennes qui ont été encerclées, afin d’éviter des victimes inutiles et afin de leur donner l’opportunité de se retirer de la zone des opérations», a déclaré Vladimir Poutine dans un communiqué de presse destiné «aux insurgés de la Novorossia».

Ces soldats ukrainiens se sont retrouvés encerclés après «les succès considérables (des séparatistes) contre l’opération militaire de Kiev», a continué le président, qui a appelé Kiev «à cesser les combats, à établir un cessez-le-feu et à négocier avec les représentants du Donbass».

Une aide médicale pour les soldats bléssés

Il a aussi demandé aux séparatistes prorusses de fournir «une aide médicale» aux soldats blessés, ajoutant que la Russie «se tenait prête et fournira de l’aide humanitaire à la population du Donbass».

«Avec tout le respect dû (…) au président d’un pays qui nous aide surtout moralement, nous sommes prêts à ouvrir pour les unités ukrainiennes, encerclées dans ce guêpier, un couloir humanitaire à condition qu’elles nous rendent leurs armes et leurs munitions», a répondu vendredi matin le «Premier ministre» de Donetsk à la chaîne de télévision russe Rossiya 24.

La Russie est accusée par les Occidentaux et Kiev de soutenir les séparatistes prorusses et d’avoir envoyé des soldats à leurs côtés, plus de mille selon l’Otan. Kiev a affirmé jeudi que les «troupes russes» avaient pris le contrôle la veille de la ville frontalière stratégique de Novoazovsk (11.000 habitants) à 100 km au sud du bastion rebelle de Donetsk, un revers considérable pour les forces armées ukrainiennes.