Les Français seraient en sécurité

— 

L'ambassadeur de France en Ethiopie Stéphane Gompertz a affirmé vendredi à l'AFP que les touristes occidentaux disparus dans le nord de l'Ethiopie avaient été enlevés.
L'ambassadeur de France en Ethiopie Stéphane Gompertz a affirmé vendredi à l'AFP que les touristes occidentaux disparus dans le nord de l'Ethiopie avaient été enlevés. — Abraham Fisseha AFP/Archives

Un groupe de sept touristes français, en vadrouille dans le nord-est de l'Ethiopie, et dont l'agence de voyages était sans nouvelles, serait «en sécurité». C'est ce qu'ont annoncé vendredi dans l'après-midi, le ministère des Affaires étrangères et le tour-opérateur.

Une partie des touristes occidentaux qui étaient portés disparus dans le nord-est de l'Ethiopie ont été retrouvés sains et saufs, a par ailleurs annoncé à l'AFP vendredi à Addis Abeba le responsable de leur tour operator, qui a précisé avoir repris contact avec eux.

Peu avant, le ministère britannique des Affaires étrangères avait officiellement annoncé que plusieurs Britanniques, travaillant pour des organismes gouvernementaux, avaient eux aussi disparu dans le nord-est du pays.

Situation encore confuse

La situation restait cependant confuse, particulièrement au sujet des touristes français. «A ce stade, nous n'avons pas de certitude, ni sur le nombre, ni sur la nationalité de ces personnes enlevées, même si plusieurs indications nous portent à penser qu'il y a des Français parmi elles», a déclaré vendredi Philippe Douste-Blazy.

«Le ministère de la Défense éthiopien est en train d'enquêter et notre ambassade est bien sûr informée et mobilisée», a assuré le ministre des Affaires étrangères.

Des convois escortés de policiers

Selon le responsable d'une autre agence de voyage, Origins Ethiopia. «Chaque convoi était escorté par deux policiers. Au total il y a quatre voitures, donc quatre chauffeurs, plus deux guides afars.» «Mon guide est censé m'appeler tous les soirs à 20h, mais je n'ai eu aucun contact depuis mardi soir», a-t-il déclaré, précisant que les convois traversaient une région volcanique de la région Afar. Il a indiqué avoir reçu un appel jeudi d'un collègue l'informant qu'«un ou deux de ses groupes avait été kidnappés.»

L'ambassadeur de France. Gompertz a également indiqué qu' «un groupe de touristes ou deux» avait été enlevé. «Le ministère éthiopien de la Défense vient de nous confirmer qu'il était au courant et qu'il enquêtait.»

Le porte-parole de la police fédérale éthiopienne, le commandant Demsach Hailu, a simplement indiqué avoir «entendu parler de cela». «Mais nous n'avons pas d'informations détaillées. Nous tentons d'avoir des informations de la police de l'Afar. Nous ne savons pas s'ils ont été kidnappés».

Une région peu sûre

L'ambassade de France en Ethiopie, qui a tenu vendredi une réunion d'urgence sur le sujet, a décidé d'envoyer «au plus vite» un diplomate dans le nord de l'Ethiopie.

La région Afar, également appelée région Danakil, est considérée comme peu sûre par les autorités à cause de groupes nomades qui y pratiquent régulièrement le banditisme, raison pour laquelle le gouvernement éthiopien a imposé des escortes policières aux groupes de touristes souhaitant se déplacer dans cette région. Une touriste française est porté disparue dans cette région depuis 2004.