VIDEOS. «Horrible», «atroce» «barbare»: Toutes les réactions à l’assassinat de James Foley

TERRORISME La communauté internationale a condamné, unanimement, l’assassinat du journaliste revendiqué par l’Etat islamique…

Vincent Vantighem

— 

Le journaliste américain James Foley, décapité par les djihadistes de l'Etat islamique (EI).
Le journaliste américain James Foley, décapité par les djihadistes de l'Etat islamique (EI). — S.Senne/AP/SIPA

Au lendemain de l’annonce de l’assassinat de James Foley, décapité par un membre prétendu de l’Etat islamique, les réactions de la communauté internationale sont nombreuses. 20 Minutes les a compilées…


L’Etat islamique affirme avoir décapité un… par 20Minutes

«Il faut éradiquer le cancer de l’Etat islamique», réclame Barack Obama

Le président américain a exhorté le monde à éradiquer le «cancer» de l’Etat islamique dans une déclaration prononcée depuis son lieu de vacances. Le visage grave, il a appelé «les gouvernements et les peuples du Moyen-Orient» à travailler ensemble «pour extraire ce cancer afin qu’il ne se répande pas».


Vidéo: Barack Obama réagit à la mort de James Foley

«Nous n’avons jamais été aussi fiers de notre fils», a déclaré la mère de James Foley

«Il a donné sa vie en essayant de montrer au monde les souffrances du peuple syrien», a écrit Diane Foley, sur la page Facebook réclamant la libération de son fils, enlevé en Syrie en novembre 2012.

>> Portrait: Qui était James Foley?

«Nous remercions Jim pour toute la joie qu’il nous a donnée. Il était un fils, un frère, un journaliste et une personne extraordinaire.»

«La barbarie du crime», déplore François Hollande

«Tuer, assassiner un journaliste dans les conditions où ça s’est produit, un journaliste qui était retenu depuis déjà deux ans. Mettre sur internet la vidéo de ce meurtre, ça signe la barbarie du crime», a indiqué le chef de l’Etat français à son arrivée à Saint-Pierre sur l’île de la Réunion où il effectue un déplacement ce jeudi. «Je partage cette émotion, je partage cette compassion, je partage aussi cette révolte», a-t-il encore témoigné.


Vidéo: François Hollande réagit à la mort de James Foley

«Un crime contraire aux principes de l’islam» pour le Qatar

«Ce crime ignoble (…) est contraire aux principes de l’islam et contrevient aux valeurs humaines et au droit international», a indiqué le ministère des Affaires étrangères du Qatar dans un communiqué, en déplorant la perte d’un journaliste «connu pour son courage dans la couverture de l’actualité».

«Une menace pour la paix et la sécurité» pour l’Union européenne

«Cet acte brutal comme les nombreuses autres violations des droits de l’homme perpétrées par l’Etat islamique (EI) dénie des valeurs et droits universellement reconnus», a déclaré Sébastien Brabant, porte-parole des services diplomatiques de l’Union européenne. «Cette forme de terrorisme constitue l’une des plus sérieuses menaces pour la paix et la sécurité internationale.»

«Cela met en évident l’étendue de la dépravation de l’EI» pour Interpol

«Le meurtre barbare de James Foley par les djihadistes de l’EI met en évidence l’étendue de leur dépravation à mesure qu’ils mènent leur campagne de terreur à travers la Syrie et l’Irak», a souligné dans un communiqué Ronald Noble, secrétaire général de l’organisation policière internationale basée à Lyon.

«Un crime abominable» pour Ban Ki-moon

«Le secrétaire général des Nations unis condamne dans les termes les plus forts l’horrible assassinat du journaliste James Foley, un crime abominable qui souligne la campagne de terreur de l’Etat islamique à l’encontre du peuple d’Irak et de Syrie», a déclaré son porte-parole.

Angela Merkel est «bouleversée»

«La chancelière est bouleversée par le sort du journaliste américain James Foley, a indiqué son porte-parole. La vidéo est un document répugnant et montre que cette organisation terroriste n’a rien à offrir à part l’horreur et le fanatisme.»

«Une industrie sanglante des otages», dénonce Reporters sans frontières

«Il apparaît que l’Etat islamique pousse à l’extrême son industrie sanglante des otages», écrit dans un communiqué Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières. «James Foley ne travaillait pas pour le gouvernement américain, il était un grand reporter expérimenté qui portait seulement l’intérêt de l’information et non pas celui de sa nationalité.»