Arianespace va lancer douze nouveaux satellites Galileo

AERONAUTIQUE Pour accélérer le déploiement du GPS européen...

20 Minutes avec AFP

— 

Lancement d'une fusée Ariane 5, du site de Kourou le 30 août 2013
Lancement d'une fusée Ariane 5, du site de Kourou le 30 août 2013 — Jerome Vallette AFP

L'opérateur européen Arianespace a annoncé jeudi le lancement à partir de 2015 de douze nouveaux satellites «afin d'accélérer le déploiement» de Galileo, censé permettre à l'Europe de lancer son système de navigation concurrent du GPS américain. Douze nouveaux satellites Galileo vont être déployés avec trois lanceurs Ariane 5 «à partir de 2015», a annoncé la société Arianespace dans un communiqué après la signature en Guyane d'un contrat avec l'Agence spatiale européenne (ESA).

Ces douze nouveaux satellites, qui font parti de la constellation de vingt-deux satellites du programme construits par le groupe allemand OHB System allié au britannique Surrey Satellite Technology Ltd, seront placés «sur une orbite circulaire à 23.522 km d'altitude au moyen d'une combinaison de cinq lanceurs Soyouz (deux satellites par lancement) et de trois Ariane 5 ES (quatre satellites par lancement)», a précisé Arianespace.

«Avec son lanceur lourd Ariane 5 ES, Arianespace offre la solution la mieux adaptée pour accélérer le déploiement de l'ensemble de la constellation Galileo», a commenté le PDG d'Arianespace Stéphane Israël, cité dans un communiqué. 

Lancement ce jeudi de deux nouveaux satellites Galileo

Cette annonce intervient quelques heures avant le lancement jeudi de deux nouveaux satellites Galileo depuis la Guyane française, marquant une étape importante du projet européen. Galileo Sat-5 et Sat-6 s'élanceront du Centre spatial de Kourou à 14h31 heure française à bord d'une fusée Soyouz.

Prévus pour fonctionner à l'automne, après leurs premiers essais en orbite, ces deux nouveaux satellites Galileo «opérationnels» -sur les 22 au total- s'ajouteront aux quatre satellites «tests» déjà déployés pour valider le système de navigation voulu par la Commission européenne. La constellation Galileo se déploiera ensuite progressivement, avec six à huit engins lancés chaque année par les fusées Soyouz et Ariane 5 depuis Kourou, tandis que les éléments du réseau au sol seront mis en place.

A terme, le système Galileo devrait compter 30 satellites au total et rivalisera en précision avec le GPS américain. Les premiers services initiaux de Galileo doivent débuter fin 2014 et le système devrait être pleinement opérationnel en 2018. Les Européens ont voulu disposer de leur propre technologie, indépendante du système militaire américain GPS. D'un coût de plus de 5 milliards d'euros, le programme est financé à 100% par la Commission européenne et mis en œuvre par l'ESA.