Ebola: Heurts avec les forces de l'ordre dans un quartier en quarantaine de Monrovia

EBOLA Quatre habitants de la banlieue West Point de Monrovia, placée en quarantaine en raison de l’épidémie de virus Ebola au Liberia, ont été blessés par balle mercredi dans des heurts avec l’armée et la police…

A.B. avec AFP

— 

Des heurts ont éclaté dans le district de West Point à Monrovia au Liberia, placé en quarantaine en raison de l'épidémie d'Ebola.
Des heurts ont éclaté dans le district de West Point à Monrovia au Liberia, placé en quarantaine en raison de l'épidémie d'Ebola. — Z.DOSSO / AFP

Les incidents ont éclaté quand des policiers sont venus évacuer une représentante de l’Etat résidant dans le quartier avec sa famille, soulevant les protestations des habitants. Après le recours à des gaz lacrymogènes pour disperser la foule, les soldats ont ouvert le feu, blessant quatre personnes, selon les mêmes sources. Aucun bilan de source médicale n’a pu être obtenu dans l’immédiat sur l’état des blessés, qui ont été évacués.

Jets de pierres et cris de colère

La fonctionnaire, Miatta Flowers, est la représentante de l’Etat à West Point, 75.000 habitants, placé en quarantaine en raison de l’épidémie d’Ebola depuis la nuit de mardi par la présidente Ellen Johnson Sirleaf, de même que Dolo Town au sud de la capitale. Dans la matinée, les habitants de West Point avaient réagi par des jets de pierres et des cris de colère contre les autorités à leur mise à l’isolement par un cordon de militaires et de policiers lourdement armés, selon des témoins.

«C’est inhumain, ce que fait cette dame. On ne peut pas nous enfermer subitement sans nous prévenir, comment nos enfants vont-ils manger?», a déclaré par téléphone Patrick Wesseh, un résident.

Un couvre-feu décrété

Dans un discours radiotélévisé mardi soir, Ellen Johnson Sirleaf a décrété à compter de mercredi «un couvre-feu de 21 heures à 6 heures du matin». La présidente a aussi ordonné «la fermeture de tous les centres de loisirs et la fermeture de tous les vidéo-clubs à partir de 18 heures», pour tenter de contenir l’épidémie d’Ebola, qui progresse au Liberia.

«Les quartiers de West Point à Monrovia et de Dolo Town à Margibi (province qui jouxte à l’est celle de Monrovia) sont placés en quarantaine et sous surveillance sécuritaire. Cela signifie qu’il n’y aura pas de déplacement vers et hors de ces zones», a-t-elle précisé.

L’assaut par des jeunes armés de couteaux et de gourdins pendant le week-end d’un centre d’isolement pour malades d’Ebola à West Point a augmenté le risque de nouvelles contaminations, en raison de la fuite de 17 patients, retrouvés depuis, et du pillage de draps et de matelas souillés.