François remercie pour les condoléances après la mort de trois parents

MONDE «Je vous remercie beaucoup pour toutes les condoléances que j'ai reçues», a lancé le pape à une foule d'environ 7.000 personnes, réunie lors de l'audience générale hebdomadaire dans l'immense salle Paul VI au Vatican...

Bérénice Dubuc

— 

Le pape François lors de la célébration de la messe du 15 Août à la cathédrale Myeong-dong de Séoul, en Corée du Sud.
Le pape François lors de la célébration de la messe du 15 Août à la cathédrale Myeong-dong de Séoul, en Corée du Sud. — Grzegorz Galazka/SIPA

Le pape François a exprimé sa gratitude ce mercredi pour les condoléances parvenues du monde entier après la mort de trois de ses parents dans un accident de voiture en Argentine, et a invité une nouvelle fois à prier pour les minorités religieuses persécutées en Irak.

«Oui, le pape aussi a une famille, il a 16 neveux et nièces. L'un se trouve dans un état critique. Sa femme et deux de ses enfants tout petits sont morts. Je vous remercie beaucoup pour toutes les condoléances que j'ai reçues», a-t-il lancé à une foule d'environ 7.000 personnes, réunie lors de l'audience générale hebdomadaire dans l'immense salle Paul VI au Vatican.

Nouvel appel pour l'Irak

Le pape argentin, 77 ans, qui semblait en bonne forme physique, a évoqué son voyage en Corée du Sud, y saluant «une Eglise jeune, dynamique et, aujourd'hui missionnaire», affirmant avec insistance que le christianisme en Asie ne vient pour «annuler les cultures, pour abolir ce qui est bon» en elles, «mais le porter à son accomplissement».

Il a lancé un nouvel appel pour l'Irak: «Je vous invite à une prière pour tous les chrétiens persécutés dans le monde, particulièrement en Irak, et à prier aussi pour les minorités religieuses non chrétiennes en Irak, qui sont elles aussi persécutées».

S'adressant aux pèlerins français, le pape a tenu par surprise à saluer «une famille française, avec ses six enfants» qui était dans la foule et qui s'était présentée à lui au début de l'audience. «Voilà une belle famille!», a-t-il lancé, désignant au fond de la salle la mère et le père, enfant sur les épaules, qui étaient très surpris et embarrassés de cette attention particulière.