États-Unis: Première nuit relativement calme à Ferguson depuis le début des émeutes raciales

VIOLENCES Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées pour exprimer leur colère et réclamer que justice soit rendue. 47 ont tout de même été arrêtées...

B.D. avec AFP

— 

"Sans justice, pas de paix" peut-on lire sur la pancarte d'une manifestante à Ferguson (Missouri), le 19 août 2014
"Sans justice, pas de paix" peut-on lire sur la pancarte d'une manifestante à Ferguson (Missouri), le 19 août 2014 — Scott Olson Getty

Les manifestations se sont poursuivies dans la nuit de mardi à ce mercredi à Ferguson (Missouri) mais globalament dans le calme, pour la première fois, après une dizaine de jours d'émeutes à caractère racial déclenchées par la mort d'un jeune Noir abattu par un policier blanc. La police a tout de même procédé à 47 arrestations, et a saisi trois armes sur des protestaires, a indiqué le capitaine de police Ron Johnson, responsable des opérations de maintien de l'ordre.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées tard mardi dans la petite ville du centre des Etats-Unis pour exprimer leur colère et réclamer que justice soit rendue, près de l'endroit ou Michael Brown, 18 ans, a été tué par un policier blanc dans des circonstances très controversées le 9 août.

«Ne tirez pas!» 

«Ne tirez pas!» scandaient les manifestants, les mains en l'air, à l'attention des membres des forces antiémeute lourdement armées qui, après avoir pendant une dizaine de nuits tenté d'assurer le maintien de l'ordre avec des blindés et des jets de gaz lacrymogène, ont opté pour un profil bas dans la nuit de mardi à marcredi.

La police, accusée de brutalités par de nombreux habitants, n'est intervenue que brièvement pour mettre fin à une altercation entre deux hommes, et les manifestants ont pu reprendre leur marche dans le calme. L'arrivée inattendue sur place d'un «train de la paix» provenant d'un parc d'attractions pour enfants diffusant la chanson du chanteur noir décédé Marvin Gaye «What's going on» (Que se passe-t-il) a apporté une note carnavalesque à la manifestation.

Vers minuit (7h ce mercredi à Paris), la police a repoussé les manifestants qui restaient, sans faire usage de gaz lacrymogène, vers une aire de protestation nouvellement établie de Ferguson. «Je veux que les bonnes personnes aient la possibilité d'exprimer leur opinion», a expliqué Ron Johnson, responsable des opérations de maintien de l'ordre dans la petite ville de 21.000 habitants.

Grand jury

Le capitaine de police a critiqué les «éléments criminels» et les «lâches qui se cachent dans l'ombre» qui ont, selon les autorités, fait dégénérer les manifestations, au départ pacifiques, dimanche et lundi à Ferguson. Le ministre de la Justice, Eric Holder, qui a promis à la population de Ferguson de faire toute la lumière sur la mort du jeune Noir, était attendu ce mercredi à Ferguson.

Un porte-parole du procureur du comté de Saint-Louis a indiqué aux médias qu'un grand jury, chargé de décider s'il y a lieu de poursuivre le policier, devrait étudier l'affaire ce mercredi.