Islande: Le volcan Bardarbunga menace d'entrer en éruption

ENVIRONNEMENT Après un tremblement de terre, l’activité du volcan a augmenté, tout comme le risque d’éruption...

Bérénice Dubuc
— 
Nuage de cendres au dessus du glacier Eyjafjallajokull en Islande, le 16 mai 2010.
Nuage de cendres au dessus du glacier Eyjafjallajokull en Islande, le 16 mai 2010. — I. JULIUSSON / REUTERS

Le secteur aérien européen va-t-il revivre la pagaille générée en 2010 par Eyjafjallajokull? Un autre volcan islandais -au nom plus facile à prononcer-, le Bardarbunga, menace en effet d’entrer en éruption.

Après un tremblement de terre, le plus puissant dans la région depuis 1996, l’activité d'un des plus grands volcans d'Islande, le Bardarbunga -éteint depuis plus d'un siècle- était ce mardi en activité pour le quatrième jour d'affilée, sans que l'on puisse dire si cette activité provoquera ou non une éruption, ont indiqué les autorités de l'île.

Webcam

Le Bureau météorologique islandais (OMI) a donc relevé lundi au niveau «orange» l'alerte à destination du secteur aérien, signifiant qu’il y a une «agitation élevée ou en hausse avec potentiel accru d'éruption». Au-delà, ne reste que le niveau «rouge», enclenché quand commence une éruption.

Cependant, la situation est suivie de près, et «pour le moment, il n’y a pas de signes d’éruption», a souligné le bureau météorologique. Une webcam diffuse même en direct l'activité sur le volcan. Elle est posée sur le mont Grimsfjall, situé à 30km de Bardarbunga.

Le magma «de trois à sept kilomètres en dessous» de la surface

Ce mardi matin, l'institut météorologique, chargé de surveiller son activité, avait recensé quelque 2.600 séismes en quatre jours dus à son activité, d'une magnitude allant jusqu'à 4,5. Bryndis Brandsdottir, géophysicienne de l'Université d'Islande, a indiqué à la télévision publique Ruv que selon les dernières indications le magma ne semblait pas s'être rapproché de la surface, restant «de trois à sept kilomètres en dessous».

La dernière éruption du Bardarbunga, immense volcan situé sous un glacier dans le sud du pays, remonte à 1910. Les scientifiques le considèrent comme suffisamment dangereux, s'il entre en éruption, pour perturber le trafic aérien dans le Nord de l'Europe et en Atlantique-Nord avec ses projections de cendres et provoquer des dégâts importants en Islande, notamment des inondations avec la fonte des glaces.

En 2010, l’éruption de l’Eyjafjallajokull avait provoqué la plus grande fermeture d'espace aérien décrétée en Europe en temps de paix, à cause des fumées et des nuages de cendres, entraînant plus de 100.000 annulations de vols, plus de huit millions de passagers bloqués et chaos dans les aéroports.