Gaza: Israël refuse un cessez-le-feu sans des garanties sécuritaires

MONDE Aucune concession ne sera faite au Hamas...

20 Minutes avec AFP

— 

Réunion hebdomadaire du gouvernement israélien, le 8 juin 2014
Réunion hebdomadaire du gouvernement israélien, le 8 juin 2014 — Menahem Kahana AFP

Israël n'acceptera pas d'accord de cessez-le-feu, lors des négociations au Caire avec les Palestiniens, qui ne prenne pas en compte les «besoins sécuritaires d'Israël», a prévenu dimanche le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

«Nous n'accepterons d'accord sur un cessez-le-feu que s'il y a une réponse concrète à nos besoins sécuritaires», a déclaré Benjamin Netanyahou à l'ouverture de la réunion hebdomadaire du gouvernement. «Si le Hamas pense qu'il peut transformer ses pertes militaires en victoire politique il se trompe», a ajouté le premier ministre israélien, faisant référence au mouvement palestinien qui contrôle la bande de Gaza.

Benjamin Netanyahou a prévenu que «tant que le calme ne sera pas revenu, le Hamas va continuer à souffrir, s'il pense que le temps joue en sa faveur il se trompe, s'il pense que nous ne sommes pas assez déterminés il se trompe».

Une délégation israélienne attendue en Egpte

Israël veut la «démilitarisation de Gaza», dont ne veulent pas entendre parler les Palestiniens, qui exigent eux en priorité, la levée du blocus imposé depuis plusieurs années à l'enclave palestinienne et qui asphyxie l'économie de la bande de Gaza. Les discussions se poursuivent au Caire avec la médiation de l'Egypte pour tenter de parvenir à un cessez-le-feu durable entre Israël et les Palestiniens dans la bande de Gaza.

Le dernier conflit à Gaza a fait, depuis le début le 8 juillet d'une nouvelle offensive israélienne, au moins 1.980 morts côté palestinien, majoritairement des civils, et 67 morts côté israélien, dont trois civils. Un cessez-le-feu provisoire a été instauré lundi et reconduit jeudi pour cinq jours.

Une délégation israélienne était attendue dimanche matin en Egypte pour reprendre les négociations indirectes en vue de la signature d'un accord de cessez-le-feu durable.