Hollande demande à l'Ukraine de faire preuve de «retenue»

DIPLOMATIE Il évoque également l'urgence humanitaire dans l'Est du pas...

20 Minutes avec AFP
— 
Le président François Hollande prononce un discours à Paris, le 26 juillet 2014
Le président François Hollande prononce un discours à Paris, le 26 juillet 2014 — Philippe Wojazer Pool

Le président François Hollande a répété samedi que la Russie devait s'engager à respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine tout en demandant à Kiev de «faire preuve de retenue et de discernement» dans les opérations militaires en cours, a rapporté l'Elysée.

Lors d'un entretien avec le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, les deux hommes «ont marqué leur préoccupation quant à la situation dans les régions de l'est de l'Ukraine», écrit la présidence dans un communiqué.

François Hollande a «rappelé que la Russie devait s'engager à respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine et a appelé l'Ukraine à faire preuve de retenue et discernement dans les opérations militaires en cours contre les séparatistes», poursuit le texte. Lui et Barroso ont en outre «souligné l'urgence humanitaire et les besoins de la population à l'est de l'Ukraine».

Le convoi d'aide humanitaire russe est toujours bloqué

«Il est nécessaire de recréer les conditions de son acheminement et de la reprise d'un véritable processus politique. La France reste prête à un nouveau Sommet dans le format Normandie pour soutenir ce processus. La réunion des ministres des Affaires étrangères français, allemand, ukrainien et russe prévue dimanche pourrait être un premier pas vers cette rencontre», conclut le texte.

Les commémorations du débarquement le 6 juin dernier en Normandie avaient été marquées par une poignée de main entre les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Petro Porochenko.

Le convoi d'aide humanitaire russe était toujours bloqué samedi à quelques kilomètres de la frontière ukrainienne, en attente d'être inspecté, alors que le chef des insurgés du bastion prorusse de Donetsk a accusé Kiev de retarder délibérément les camions.

La tension est montée d'un cran après que l'Ukraine a affirmé vendredi avoir en partie «détruit» une colonne de blindés russes entrée la veille sur son territoire, des allégations vivement démenties par Moscou.