Irak: Des jihadistes ont massacré au moins 80 personnes

IRAK Les victimes sont en majorité issues de la minorité yazidie...

20 Minutes avec AFP

— 

Des réfugiés yazidis franchissent la frontière de l'Irak vers la Syrie, le 13 août 2014.
Des réfugiés yazidis franchissent la frontière de l'Irak vers la Syrie, le 13 août 2014. — AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Des jihadistes ont tué des dizaines de personnes, en majorité des membres de la minorité yazidie, dans le village irakien de Kocho (nord), ont indiqué samedi un témoin et des responsables qui ont évoqué un «massacre».

Début août, les jihadistes de l'Etat islamique (EI) se sont emparés de plusieurs villes et villages yazidis et chrétiens dans la province de Ninive, près de la région autonome du Kurdistan, poussant à la fuite des dizaines de milliers de personnes.

«Nous avons des informations de nombreuses sources, dans la région et via les services de renseignement, que (vendredi) après-midi, un convoi d'hommes armés (de l'EI) est entré dans ce village», a déclaré un haut responsable irakien, Hoshyar Zebari.

«Il y avait des cadavres partout»

«Ils s'en sont pris aux habitants, en majorité des Yazidis qui n'ont pas fui leurs maisons», a-t-il dit, en référence à cette minorité kurdophone non-musulmane, considérée comme hérétique par les jihadistes. «Ils ont commis un massacre contre les habitants», a affirmé Zebari, disant qu'«environ 80 personnes ont été tuées».

Harim Kamal Agha, un haut responsable de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) dans la province de Dohuk, frontalière de celle de Ninive, a fait état de 81 morts, ajoutant que les assaillants avaient conduit les femmes dans des centres de détention qu'ils contrôlent. Mohsen Tawwal, un combattant yazidi, a affirmé avoir vu un grand nombre de corps dans le village.

«On a réussi à pénétrer dans une partie de Kocho, où les habitants étaient assiégés, mais on est arrivé trop tard», a-t-il dit. «Il y avait des cadavres partout. On a seulement réussi à emmener deux personnes vivantes, tous les autres ont été tuées», a-t-il dit.