Ukraine: L'Allemand Steinmeier veut «mettre un terme aux affrontements violents»

UKRAINE Le ministre allemand des Affaires étrangères va recevoir avec son homologue français Laurent Fabius les ministres ukrainien et russe dimanche...

20 Minutes avec AFP
— 
De g à d: les ministres des affaires étrangères français Laurent Fabius, russe Sergeï Lavrov, allemand Frank-Walter Steinmeier et ukrainien Pavlo Klimkin, lors de leur conférence de presse commune le 2 juillet 2014 à Berlin
De g à d: les ministres des affaires étrangères français Laurent Fabius, russe Sergeï Lavrov, allemand Frank-Walter Steinmeier et ukrainien Pavlo Klimkin, lors de leur conférence de presse commune le 2 juillet 2014 à Berlin — Clemens Bilan AFP

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a affirmé dans le quotidien Bild vouloir «mettre un terme aux négociations par la force» lors de sa rencontre avec ses homologues russe, ukrainien et français dimanche.

«J'espère que nous parviendrons enfin à mettre un terme aux affrontements violents, et à prodiguer aux populations touchées par la violence dans l'Est de l'Ukraine l'aide urgente et nécessaire», a-t-il déclaré dans une interview à paraître dimanche.

Laurent Fabius fait partie des invités

Frank-Walter Steinmeier doit rencontrer une nouvelle fois ses homologues ministres des Affaires étrangères lors d'une rencontre à Berlin dimanche. Il a invité le Russe Sergueï Lavrov, l'Ukrainien Pavlo Klimkine et le Français Laurent Fabius à s'entretenir avec lui à propos de la crise ukrainienne.

Cette rencontre intervient après qu'Angela Merkel se soit entretenue au téléphone avec le président russe Vladimir Poutine vendredi. La chancelière allemande lui a notamment demandé de «mettre fin au flux de matériel militaire, conseillers militaires et personnel armé qui passent la frontière avec l'Ukraine».

Sur le terrain, les tensions ont pris un nouveau tour vendredi, lorsque l'Ukraine a assuré avoir en partie détruit une colonne de blindés russes qui serait entrée la veille sur son territoire. Une incursion immédiatement démentie par Moscou.