L'Ukraine assure avoir détruit des blindés russes, la Maison Blanche met en garde Moscou

MONDE La tension remonte d'un cran en Ukraine..

20 Minutes avec AFP
— 
Des soldats ukrainiens surveillent leur frontière, près de Donietsk.
Des soldats ukrainiens surveillent leur frontière, près de Donietsk. — Alexander KHUDOTEPLY / AFP

L'Ukraine a affirmé avoir en partie détruit une colonne de blindés russes entrée la veille sur son territoire, tandis que la Maison Blanche a appelé Moscou à cesser ses «provocations». L'augmentation de l'activité russe pour déstabiliser l'Ukraine ces dernières semaines est «extrêmement dangereuse et provocatrice», a dénoncé vendredi soir dans un communiqué Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil de sécurité nationale du président Barack Obama.

Le ministère russe de la Défense a toutefois démenti vendredi qu'un tel convoi soit entré en Ukraine. Les forces ukrainiennes «détruisent des fantômes», a ironisé le responsable du ministère, le général Igor Konachenkov. Un peu plus tôt, Moscou a dénoncé des «tentatives de faire échouer» l'entrée d'un convoi humanitaire russe controversé dans l'Est de l'Ukraine et elle a mis en garde contre les «conséquences» de tels projets.

Des journalistes britanniques ont affirmé qu'un convoi militaire russe avait passé la frontière, et le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a confirmé une «incursion» russe en territoire ukrainien.

23 véhicules vus par des journalistes

Pour tenter d'éteindre l'incendie, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavlo Klimkine a annoncé vendredi soir qu'il rencontrerait son homologue russe Sergueï Lavrov à Berlin dimanche, avec les chefs de la diplomatie français et allemands. «Peu importe que ce soit une table ronde ou une table carrée, il faut que nous parlions», a écrit Pavlo Klimkine sur Twitter.

La tension était montée depuis que des journalistes britanniques avaient rapporté que 23 véhicules blindés de transport de troupes russes, appuyés par des véhicules logistiques, avaient traversé la frontière jeudi soir près du poste-frontière de Donetsk, par où doit passer un convoi humanitaire russe controversé destiné aux populations victimes de quatre mois de conflit dans l'Est de l'Ukraine.

S'exprimant sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, croisant en rade de Toulon à l'occasion du 70e anniversaire du débarquement de Provence, le président français François Hollande a appelé vendredi la Russie à «respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine». Les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont «pressé» vendredi la Russie de «stopper immédiatement toute forme d'hostilités» à la frontière avec l'Ukraine.

Les bourses plongent

Plusieurs bourses européennes ont décroché à l'annonce de l'accrochage militaire en Ukraine, la Bourse de Francfort lâchant en particulier 1,44%, et la Bourse de Paris 0,74%.

Quelques 300 camions russes, porteurs de 1.800 tonnes d'aide humanitaire selon Moscou, étaient toujours stationnés vendredi soir à une trentaine de kilomètres du poste-frontière de Donetsk (éponyme du bastion rebelle dans l'Est de l'Ukraine), dans la localité de Kamensk-Chakhtinski, ont observé des journalistes de l'AFP.