Egypte: Le verdict du procès de Moubarak pour meurtre de manifestants rendu le 27 septembre

MONDE Il est accusé de «complicité» dans le meurtre de manifestants durant la révolte de 2011...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ex-président egyptien Hosni Moubarak au tribunal, durant son procès au Caire, le 21 mai 2014
L'ex-président egyptien Hosni Moubarak au tribunal, durant son procès au Caire, le 21 mai 2014 — Hassan Mohamed AFP

Le verdict dans le procès de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak pour «complicité» dans le meurtre de manifestants durant la révolte de 2011 sera rendu le 27 septembre, a annoncé mercredi un tribunal du Caire.

Dans un premier procès pour les mêmes faits, Hosni Moubarak avait été condamné à la prison à perpétuité, mais la sentence avait été annulée pour des raisons techniques, et l’affaire rejugée.

Selon un bilan officiel, 846 personnes ont été tuées et des milliers blessées lors de la révolte de 2011 qui a chassé Moubarak du pouvoir. L'ancien président de 86 ans est jugé aux côtés de son ex-ministre de l'Intérieur Habib al-Adly et six anciens hauts responsables des services de sécurité.

«Peut-être mon dernier discours»

Lors de l'audience de mercredi consacrée à la défense, Hosni Moubarak a pris longuement la parole pour défendre le bilan de ses 30 années à la tête de l'Egypte, assurant qu'il «n'avait jamais ordonné le meurtre de manifestants et l'effusion du sang des Egyptiens».

«Il s'agit peut-être de mon dernier discours», a ajouté Moubarak, assis dans un fauteuil roulant et vêtu de l'uniforme bleu des détenus condamnés. «Alors que ma vie approche de son terme, je remercie dieu pour ma conscience tranquille, et je suis satisfait d'avoir passé (ma vie) à défendre l'Egypte.»

En raison d'une santé vacillante, il est détenu dans un hôpital militaire du Caire. Ses deux fils Alaa et Gamal comparaissaient aussi à ses côtés, dans le cadre d'une autre affaire, de corruption, dont le verdict sera également prononcé le 27 septembre. En mai dernier, Hosni Moubarak avait déjà été condamné à trois ans de prison pour corruption.