Irak: Les Etats-Unis livrent des armes aux forces kurdes

GUERRE L’approvisionnement a commencé la semaine dernière, précise une porte-parole de la diplomatie américaine. Sans préciser le type d’armes fournies…

20 Minutes avec AFP
— 
Des chrétiens et des Kurdes d'Irak brandissent des  pancartes remerciant les Etats-Unis, dans la province d'Arbil dans le nord du pays.
Des chrétiens et des Kurdes d'Irak brandissent des pancartes remerciant les Etats-Unis, dans la province d'Arbil dans le nord du pays. — SAFIN HAMED / AFP

L’aide américaine aux forces kurdes, qui combattent l’avancée des djihadistes de l’Etat islamiques en Irak, va s’intensifier dans les prochains jours. Le département d’Etat annonce ce midi que le pays va livrer des armes aux forces kurdes qui bénéficient déjà des frappes aériennes américaines. Ainsi aidées, ces forces kurdes ont repris dimanche deux villes du nord de l’Irak aux djihadistes, mais ont perdu aussi ce lundi matin la ville de Jalawla.

«Nous leur fournissons des armes de nos stocks»

«Nous collaborons avec le gouvernement irakien pour envoyer des armes aux Kurdes, dont ils ont très vite besoin. Les Irakiens procurent des armes de leurs stocks, et nous faisons la même chose, nous leur fournissons des armes de nos stocks», a déclaré Marie Harf, une porte-parole de la diplomatie américaine, sur CNN. Elle a précisé que ces livraisons ont commencé la semaine dernière, sans toutefois détailler le type d’armes livrées.

Deux ans et demi après le retrait de leurs troupes, les Etats-Unis ont commencé vendredi à frapper des cibles de l’Etat islamique pour contrer leur avancée vers le Kurdistan irakien et protéger le consulat américain d’Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan.

Au tour ensuite de l’Union européenne?

L’Union européenne pourrait également apporter son aide. Une réunion extraordinaire des ambassadeurs des pays de l’UE est prévue ce mardi matin à Bruxelles pour examiner les moyens d’aider le gouvernement du Kurdistan irakien à contrecarrer l’avancée des djihadistes de l’Etat Islamique (EI) en Irak.

«Nous examinons avec nos principaux partenaires européens les moyens les plus efficaces» pour stopper l’avancée, déclare Federica Mogherini, la ministre italienne des Affaires étrangères. Il ne s’agit pas d’une intervention militaire mais d’un soutien, y compris militaire, au gouvernement kurde.»

Les forces irakiennes et kurdes collaborent

La crise qui touche l’Irak a poussé le gouvernement fédéral de Bagdad et le Kurdistan, dont les relations sont d’ordinaire très tendues, à coopérer, a souligné Marie Harf. «Cette collaboration entre les forces irakiennes et kurdes atteint des niveaux sans précédent. C’est quelque chose que nous n’avions jamais observé par le passé. Ils s’entraident», a-t-elle insisté.