Russie: La fin du Wi-Fi anonyme provoque la colère des internautes

INTERNET Le gouvernement russe a publié vendredi un décret qui exige que les Russes fournissent leur numéro de passeport ou leur identité lorsqu’ils se connectent à un réseau Wi-Fi public…

20 Minutes avec AFP

— 

Un site internet pour sensibiliser aux disparitions d'enfants, en informant le grand public et en apprenant aux enfants à réagir aux risques d'enlèvement, est lancé à l'occasion de la Journée internationale des enfants disparus, le 25 mai
Un site internet pour sensibiliser aux disparitions d'enfants, en informant le grand public et en apprenant aux enfants à réagir aux risques d'enlèvement, est lancé à l'occasion de la Journée internationale des enfants disparus, le 25 mai — Lionel Bonaventure AFP

Ce décret amende en réalité une loi déjà existante qui prévoit que «l’accès aux services de communication et d’échange de données et à une connexion Internet ne sera permis par l’opérateur (…) qu’après identification de l’utilisateur».

Le fournisseur d’accès à Internet devrait ainsi théoriquement recueillir le nom complet et les informations contenues dans le passeport de l’usager, et stocker ces informations pendant six mois. Il devra en outre noter et conserver la durée de connexion de l’usager, selon le décret.

Indignation chez les utilisateurs

Cette mesure a soulevé l’indignation chez les utilisateurs, qui dénoncent un nouveau tour de vis sur l’Internet russe. «C’est véritablement aussi néfaste que ça en a l’air, et peut-être même un peu plus», a écrit sur son blog l’opposant numéro un au Kremlin, Alexeï Navalny. «Un véritable Big Brother est en train de naître sous nos yeux (…), un système qui est au courant de qui a écrit quoi, quand, et de quel endroit» a-t-il ajouté.

Les responsables russes se sont efforcés de justifier, bien souvent de manière contradictoire, un tel dispositif. La municipalité de Moscou a notamment indiqué que cette mesure ne concernerait que les zones de connexion Internet des bureaux de poste.

La lutte contre le terrorisme pour argument

Le ministère russe de la Communication a pour sa part déclaré que cette décision s’inscrivait dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et que les réseaux Wi-Fi privés ne seraient pas concernés.

«Si le réseau Wi-Fi est établi par un opérateur de télécommunications, il doit demander à l’utilisateur de fournir ses informations d’identité par un message texte ou un formulaire spécial avant de permettre l’accès à Internet», a-t-il indiqué dans un communiqué. 

L’opérateur pourra également obtenir ces informations «en interrogeant les autorités compétentes» a ajouté le ministère, sans donner plus de détails. «L’identification de l’utilisateur (via sa carte de crédit, son numéro de téléphone, etc.) au moment de sa connexion à un réseau Internet public est une pratique répandue dans le monde entier», s’est justifié sur Twitter le ministre russe de la Communication, Nikolaï Nikiforov.