Guerre 14-18: Les dirigeants invités à Liège célèbrent une victoire de l'Europe

HISTOIRE Une dizaine de chefs d'Etat étaient réunis ce lundi matin pour commémorer l'invasion de la Belgique par les troupes allemandes...

N.Beu. avec AFP

— 

François Hollande et son homologue allemand, Joachim Gauck, le 4 août 2014, à Liège, en Belgique.
François Hollande et son homologue allemand, Joachim Gauck, le 4 août 2014, à Liège, en Belgique. — FRED DUFOUR / AFP

Rassemblés à Liège lundi pour commémorer la Première Guerre mondiale, précipitée il y a cent ans par l'invasion de la Belgique par les troupes allemandes, les dirigeants européens ont appelé à «tirer les leçons du passé» alors que la stabilité est menacée par la crise en Ukraine.

«L'Europe pacifiée, l'Europe unifiée, l'Europe démocratique. Nos grands-parents en ont rêvé. Nous l'avons aujourd'hui. Chérissons-la, et continuons à l'améliorer», a plaidé Philippe, roi des Belges, dans une allocution. «Nous ne pouvons pas être simplement des gardiens de la paix, des évocateurs du souvenir, (...) nous sommes aussi devant nos responsabilités», a pour sa part insisté le chef de l'Etat français, François Hollande, en évoquant la crise en Ukraine «où un avion civil a été abattu», «les massacres de populations civiles» en Syrie et en Irak et le drame de Gaza.

Premier déplacement du roi Felipe

«Les événements en Ukraine nous rappellent que l'instabilité continue de se propager sur notre continent», a renchéri le prince William, représentant du Royaume-Uni et des pays du Commonwealth engagés dans ce conflit meurtrier. «Sans le respect de l'autre et sans la tolérance, il n'y a pas de paix possible», a insisté le Premier ministre belge, Elio di Rupo, après avoir rendu un hommage appuyé aux milliers de victimes civiles belges, «massacrées en ce funeste mois d'août 1914 par l'envahisseur».

Le président allemand, Joachim Gauck, n'a pas demandé pardon dans son intervention. Il a sobrement appelé à «tirer les leçons amères et terribles» du passé. «Aujourd'hui, en Europe, la loi du plus fort à laissé la place à la force de la loi.» Quatre-vingt trois pays engagés dans la Grande Guerre ont été invités pour cette commémoration placée sous le signe de la sobriété. Une douzaine étaient représentés par leurs présidents. Le roi Felipe d'Espagne a effectué à cette occasion son premier déplacement à l'étranger et le prince William est venu accompagné de son épouse Kate.

La ville de Liège avait été placée sous haute protection pour l'occasion, avec 650 policiers déployés pour protéger les invités. L'envers de cette sécurité aura été la frustration pour les habitants qui ont dû se contenter d'écrans géants pour suivre la cérémonie. Quant aux riverains, ils ont été fermement priés de rester à l'intérieur de leurs maisons, fenêtres fermées.