Des centaines de kilos de friandises s'envolent dans des ballons vers la Corée du Nord.
Des centaines de kilos de friandises s'envolent dans des ballons vers la Corée du Nord. — Ahn Young-joon/AP/SIPA

COREE DU NORD

Des activistes envoient des ballons remplis de chocolat en Corée du Nord

La friandise, introduite en Corée du Nord pour la première fois en 2004, se vend à prix d'or au marché noir...

Des Nord-Coréens ayant fui leur pays et des Sud-Coréens ont procédé mercredi à un lancement de ballons, pour emporter vers le Nord 350 kg de friandises dont… 10.000 biscuits au chocolat. Plus exactement des Choco Pie, une confiserie sud-coréenne enrobée de chocolat, donc, et remplie de marshmallow.

Pourquoi du chocolat? Si le gâteau rond et moelleux est extrêmement populaire au sud de la zone démilitarisée qui sépare les deux Corée, au Nord, il vaut de l’or. Le Choco Pie a traversé la frontière pour la première fois en 2004. Après l’ouverture du parc industriel intercoréen de Kaesong, où travaillent des employés issus des deux Corée, il commence à être utilisé pour rémunérer les heures supplémentaires des Nord-Coréens, qui ne sont pas autorisés à recevoir d’argent. Rapidement, il pénètre en Corée du Nord par ce biais, où il est partagé en famille ou revendu sur le marché noir, à un prix qui a culminé en 2013 à 24 dollars l’unité. Soit l’équivalent du salaire journalier.

Les autorités de Pyongyang, peu friandes d’influence Sud-Coréenne, ont le mois dernier interdit aux employés de recevoir des Chocoe Pie, qui inondent les marchés du Nord, selon le quotidien Chosun Ilbo. D’où cet envoi en masse. «La Corée du Nord les a interdits, car il sont là-bas le symbole du capitalisme», selon l’une des organisatrices de l’événement. «Nous continuerons à envoyer des Choco Pie par ballons, parce qu’il est l’une des friandises les plus populaires, particulièrement parmi les Nord-Coréens affamés.»